Soudan du Sud: garçons castrés et saignés à mort, fillettes violées et mises à mort

0
Des enfants jouent en dehors de leurs tentes dans le site de protection des civils de Bor, la capitale de l’Etat de Jonglei au Sud-Soudan (Kate Holt/Unicef)
Des enfants jouent en dehors de leurs tentes dans le site de protection des civils de Bor, la capitale de l’Etat de Jonglei au Sud-Soudan (Kate Holt/Unicef)

Le Directeur exécutif de l’Unicef, Anthony Lake, a appelé «au nom de l’humanité et de la décence commune» à mettre un terme à l’escalade de la violence contre les enfants au Soudan du Sud, où des garçons auraient été castrés et saignés à mort et des filles d’à peine huit ans violées et mises à mort, rapporte cette semaine l’agence onusienne dans un communiqué de presse.

«La violence contre les enfants au Soudan du Sud a atteint un niveau de brutalité sans précédent. Les détails de l’aggravation de la violence contre les enfants sont indicibles, mais nous avons le devoir d’en parler», a déclaré dans un communiqué de presse le Directeur exécutif du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), l’agence de l’Organisation des Nations unies consacrée à l’amélioration et à la promotion de la condition des enfants.

Anthony Lake a déclaré que 129 enfants de l’État d’Unity au Soudan du Sud ont été tués en à peine trois semaines durant le mois de mai.

«Les survivants font état de garçons castrés et saignés à mort», a précisé Anthony Lake. «Des filles âgées d’à peine 8 ans ont été violées et assassinées … Des enfants ont été attachés ensemble avant de se faire égorger par leurs assaillants … D’autres ont été jetés dans des bâtiments en feu».

En outre, a poursuivi le Directeur exécutif de l’UNICEF, «les enfants sont également recrutés de force dans des groupes armés des deux bords à un rythme alarmant».

Environ 13.000 enfants ont été forcés de participer au conflit contre leur grès, a estimé l’UNICEF.

«Imaginez les effets psychologiques et physiques sur ces enfants – non seulement de la violence qui leur est infligée, mais aussi de la violence qu’ils sont forcés d’infliger à d’autres», a déploré Anthony Lake.

«Au nom de l’humanité et de la décence commune cette violence contre les innocents doit cesser», a lancé le directeur exécutif de l’UNICEF.

Le conflit au Soudan du Sud, qui a commencé en décembre 2013, a été marqué par des violences brutales contre des civils. Environ 120.000 personnes sont hébergées au sein de camps de l’ONU dans le pays. Les Nations Unies estiment que le nombre de personnes qui auront besoin d’aide humanitaire durant l’année 2015 s’élèvera à 1,95 million de personnes déplacées internes et 293.000 réfugiés dans les pays voisins.

*Avec le Centre d’actualités de l’ONU

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.