Syrie: 23 morts, 100 blessés dans un bombardement rebelle à Alep

0
Le quartier Al-melchd d'Alep en Syrie après un bombardement le 15 juin 2015 (syrian all news/@SyrianBombing)
Le quartier Al-melchd d’Alep en Syrie après un bombardement le 15 juin 2015 (syrian all news/@SyrianBombing)

Au moins 23 personnes ont été tuées et plus de 100 autres blessées, dont la moitié sont des enfants, par des obus tirés lundi sur des quartiers contrôlés par le régime à Alep, principale ville du nord de la Syrie, a affirmé la télévision syrienne.

Les terroristes ont commis un massacre à Alep dans le quartier de la Mosquée al-Rahmane. Au moins 23 personnes ont été tuées, dont sept enfants, et une centaine blessées, dont la moitié sont des enfants, a annoncé la chaîne officielle, diffusant un nouveau bilan. Elle avait fait état auparavant de 17 morts et 100 blessés.

Un immeuble s’est effondré sur ses habitants, a ajouté la chaîne, montrant des images de l’immeuble en ruine et des blessés en sang arrivant sur des civières à l’hôpital.

Pour sa part, l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a fait état de 13 morts, dont deux enfants, et de 100 blessés, dont 20 enfants. Selon lui, 250 obus ont été tirés en quatre heures sur le quartier des Syriaques et la mosquée al-Rahmane, dans le centre de la ville. Il a confirmé qu’un immeuble s’était effondré.

Depuis juillet 2012, l’ancienne capitale économique est divisée entre les rebelles et les forces du régime.

Dans la soirée, les deux camps se bombardaient mutuellement, selon des habitants.

Ces bombardements surviennent le jour de l’arrivée à Damas de l’émissaire spécial de l’ONU Staffan de Mistura.

Dimanche, le porte-parole de l’émissaire avait indiqué dans un communiqué qu’il comptait soulever avec le gouvernement syrien la question de la protection des civils, l’usage inacceptable des barils d’explosifs et le devoir incontestable pour tout gouvernement, en toutes circonstances, de protéger ses civils.

Les barils d’explosifs, une arme aveugle particulièrement destructrice utilisée par le régime dans sa guerre contre les rebelles, a fait plusieurs milliers de morts, notamment dans les quartiers d’Alep contrôlés par les rebelles. De leur côté, les rebelles utilisent des obus artisanaux surnommé les canons de l’enfer, pour bombarder la partie gouvernementale.

Les commentaires sont fermés.