Syrie: près de 50 civils tués dans des raids du régime sur un village d’Idleb

0
De la fumée s'élève au-dessus des toits d'Alep, dans le nord de la Syrie, après l'explosion de charges placées par les forces loyalistes dans un tunnel censé être utilisé par les rebelles, le 19 mai 2015 (source : AFP / GEORGE OURFALIAN)
De la fumée s’élève au-dessus des toits d’Alep, dans le nord de la Syrie, après l’explosion de charges placées par les forces loyalistes dans un tunnel censé être utilisé par les rebelles, le 19 mai 2015 (source : AFP / GEORGE OURFALIAN)

Au moins 49 civils ont été tués lundi dans des raids aériens des forces gouvernementales sur un village de la province d’Idleb (nord-ouest), dominée par les rebelles, selon un nouveau bilan de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

« Le bilan des morts dans le village d’Al-Janoudiya, bombardé par l’armée de l’air du régime, s’est élevé à 49 civils, dont six enfants », a déclaré le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Les raids ont touché « une place publique, où beaucoup de gens se rassemblent d’habitude parce qu’il y a beaucoup d’échoppes », a-t-il dit à l’AFP, précisant que le village compte de nombreux déplacés ayant fui les violences dans d’autres régions.

L’ONG, qui se base sur un large réseau de sources à travers la Syrie, a ajouté que des dizaines de personnes avaient également été blessées dans les raids, certains grièvement, et d’autres étaient portés disparus.

Al-Janoudiya est sous contrôle rebelle depuis longtemps, mais ce n’est qu’au cours des derniers mois que la quasi-totalité de la province d’Idleb est tombée aux mains d’une coalition de groupes armés qui se fait appeler l’Armée de la conquête et comprend la branche syrienne d’Al-Qaïda, le Front Al-Nosra, ainsi que des groupes islamistes de la rébellion.

Al-Janoudiya est située au nord de la ville de Jisr al-Choughour, tombée aux mains de cette coalition le 25 avril, soit moins d’un moins après la chute de la ville d’Idleb, chef-lieu de la province éponyme. Le régime ne dispose plus que d’une poignée de positions dans cette région frontalière de la Turquie, notamment l’aéroport militaire d’Abou Douhour.

Les commentaires sont fermés.