Ukraine: le groupe de contact à l’oeuvre sur fond de nouvelles pertes ukrainiennes

0
Des observateurs de l'OSCE vérifient une trêve temporaire à Luhansk, le 23 novembre 2014. (Archives/OSCE)
Des observateurs de l’OSCE vérifient une trêve temporaire à Luhansk, le 23 novembre 2014. (Archives/OSCE)
La réunion à Minsk du groupe de contact sur l’Ukraine a débouché mardi sur un travail constructif, mais sans avancée décisive, tandis que deux soldats ukrainiens ont été tués ces dernières 24 heures dans l’est de l’Ukraine.

Un travail constructif a été effectué, mais nous n’avons pas remarqué d’avancée décisive, a déclaré la représentante de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) au sein de ce groupe, Heidi Tagliavini, à l’issue de cette rencontre qui réunissait des émissaires de Kiev, des séparatistes prorusses, de Moscou et de l’OSCE.

Mme Tagliavini a en outre annoncé avoir remis son mandat à l’issue de cette réunion. Elle sera remplacée par l’actuel ambassadeur d’Autriche à l’ONU, Martin Sajdik.

L’émissaire de la république séparatiste de Donetsk (DNR), Denis Pouchiline, a pour sa part évoqué des pas en avant, tout en regrettant que les discussions n’aient pas conduit les négociateurs aussi loin qu’espéré.

Sur le terrain, deux soldats ukrainiens ont été tués et cinq autres ont été blessés dans des combats avec les rebelles séparatistes, a indiqué le porte-parole militaire Andriï Lyssenko, dans un point de presse à Kiev.

Ces dernières 24 heures, les positions des militaires ukrainiens ont été visées par des tirs de différents types d’armes quasiment sur tout le long de la ligne de front, a-t-il assuré.

De leur côté, les autorités séparatistes ont affirmé qu’au moins huit personnes avaient été blessées par des tirs ukrainiens en DNR.

Les pertes s’élèvent à trois blessés au sein des forces rebelles de la DNR, et à cinq blessés dans la population civile, a déclaré un responsable séparatiste, Edouard Bassourine, à l’agence officielle de presse des séparatistes.

En dépit du cessez-le-feu instauré le 15 février, après la signature des accords de paix de Minsk 2, l’est de l’Ukraine a connu une flambée de violences début juin, lorsque les séparatistes ont déclenché une offensive, selon Kiev, sur Mariinka, ville aux mains des forces gouvernementales située non loin de Donetsk, fief des rebelles.

Depuis, leur intensité a diminué mais des affrontements meurtriers continuent. Selon la mission de l’OSCE, les combats se sont intensifiés pendant le week-end à Donetsk.

L’OSCE a précisé avoir observé un plus grand nombre de bombardements dans cette zone et a estimé que le niveau des violences demeurait élevé.

En deux jours, la mission a observé au moins 594 explosions provoquées par des tirs d’artillerie et de mortier entrants et sortants, ainsi que d’armes légères, a écrit l’organisation dans un rapport rendu public lundi.

Avec ce récent regain de violences, les craintes d’une nouvelle escalade dans un conflit qui a fait plus de 6.400 morts depuis avril 2014 se sont renforcées.

Les commentaires sont fermés.