Ukraine: le premier ministre Harper débarque dans une véritable poudrière

0
Des pompiers éteignent un incendie dans un marché de Donetsk, provoqué par les combats entre l'armée et les forces séparatistes prorusses, le 3 juin 2015. (Aleksey Filipov)
Des pompiers éteignent un incendie dans un marché de Donetsk, provoqué par les combats entre l’armée et les forces séparatistes prorusses, le 3 juin 2015. (Aleksey Filipov)

Le premier ministre Stephen Harper arrivé samedi à Kiev, la capitale ukrainienne, alors que les affrontements dans l’est de ce pays s’intensifient, a durci le ton contre Poutine et annoncé l’envoi d’autres policiers canadiens pour aider à la sécurité du pays et de 200 membres des Forces armées canadiennes pour la formation et le renforcement des capacités militaires ukrainiennes.

L’Ukraine est le théâtre d’un regain de violence alors que Kiev et rebelles pro-russes s’accusent réciproquement de violer le cessez-le-feu.

Au milieu d’une poudrière

Alors que Stephen Harper visitait l’académie de la police et rencontrait le premier ministre du pays, quelque 80 explosions ont été entendues à l’aéroport et la gare de Donetsk et aux alentours, à 600 kilomètres de la frontière avec la Russie, rapporte la Presse Canadienne.

La veille, une centaine d’explosions avaient retenti dans la ville, et encore 500 jeudi soir. Les forces ukrainiennes et séparatistes prorusses se faisaient face, dans ce qui apparait comme une violation du cessez-le-feu conclu en février dernier.

Selon le porte-parole de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, Michael Bociurkiw, ce niveau d’intensité des combats est du jamais vu. Les rebelles prorusses et le gouvernement ukrainien se blâment mutuellement pour cette reprise des affrontements.

Selon le porte-parole de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, Michael Bociurkiw, les séries de bombardements à Donetsk qui ont suivi l’atterrissage de l’avion du premier ministre Harper à Kiev à midi vingt, heure locale, étaient particulièrement troublantes, car l’artillerie lourde, retirée cet hiver, tel qu’exigé par le cessez-le-feu, a été ramenée près de la ligne de front.

Attaques contre Poutine

Le Premier ministre Stephen Harper a rencontré le Président Petro Porochenko et le Premier ministre Arseni Iatseniouk de l’Ukraine et a réitéré que le Canada continuerait de se montrer solidaire de l’Ukraine devant l’agression de la Russie et de soutenir les réformes économiques et démocratiques de l’Ukraine.

« Les deux dirigeants [Petro Porochenko et Stephen Harper, NDLR] ont convenu qu’il est nécessaire de contrer l’agression constante du régime Poutine avec fermeté, notamment en appliquant des sanctions économiques. Ils se sont également entendus sur le fait que la Russie et l’Ukraine doivent remplir leurs obligations en vertu des accords de Minsk », dit le communiqué du bureau du premier ministre canadien sur ces rencontres.

Ils ont en outre discuté de l’importance pour l’Ukraine de mener à bien ses ambitieuses réformes et de leur volonté de conclure l’Accord de libre-échange Canada-Ukraine prochainement. À cette fin, le Premier ministre Harper a annoncé que les négociateurs canadiens retourneront en Ukraine le 15 juin dans le but de conclure les négociations le plus tôt possible, indique également le communiqué.

Le premier ministre et le président ukrainiens ont aussi tous deux demandé à Stephen Harper d’accepter plus de réfugiés du conflit dans l’est de l’Ukraine au Canada et d’encourager l’Occident à fournir des armes à leur armée pour combattre ce qu’ils considèrent comme les agresseurs russes.

le chef du gouvernement canadien a quitté ses hôtes en promettant de faire de ces demandes une priorité au sommet du G7, qui se tiendra dimanche et lundi en Allemagne.

Le premier ministre canadien doit en effet se rendre demain en Allemagne pour assister à ce qui sera le 2e sommet depuis l’exclusion des Russes .

En 2014, le format du G8 est redevenu le G7, comme avant la fin de la guerre froide, alors que Moscou a été suspendu du groupe suite de la réunification de la Crimée avec la Russie et l’escalade de la crise ukrainienne.

Lors de cette visite en Ukraine à la veille su sommet, le premier ministre Harper s’est encore plus virulent à l’endroit de Vladimir Poutine, déclarant qu’il était inutile de tenter de dialoguer avec le maître du Kremlin, l’accusant d’avoir une mentalité typique de la guerre froide.

Des policiers et des militaires canadiens en Ukraine

À Kiev, le Premier ministre Harper a visité l’Académie de police du ministère de l’Intérieur et a annoncé de nouveaux projets.

Au cours de cette visite, le chef du gouvernement canadien, soutien indéfectible des autorités pro-occidentales de Kiev depuis le début de la crise, a regardé des exercices d’entraînement des cadets de la police et examiné certains des équipements que le Canada a envoyés à l’Ukraine, notamment des casques, des gilets pare-balles et des trousses médicales.

Le premier ministre Harper a annoncé à cette occasion que le Canada aidera l’Ukraine à mettre en place une nouvelle Force policière civile de patrouille au moyen d’activités axées sur les services de police communautaire, la formation continue, la sensibilisation et la mobilisation du public et la distribution d’uniformes et de matériel aux membres de la nouvelle force.

Le Canada enverra, au coût de 5 Millions $, dix policiers en Ukraine pour aider à réformer le secteur de la sécurité du pays, en partenariat avec les États-Unis. Les policiers canadiens formeront les membres de la nouvelle force policière ukrainienne et offriront des conseils stratégiques à d’autres établissements de sécurité.

Le Canada déploiera également environ 200 membres des Forces armées canadiennes en Ukraine afin d’assurer l’élaboration et l’exécution de programmes de formation et de renforcement des capacités militaires destinés au personnel des forces ukrainiennes, a annoncé le premier ministre.

Il s’agissait d’une troisième visite de Stephen Harper en Ukraine depuis le début des violences, il y a 15 mois. Le Canada offre aussi une aide financière à l’Ukraine pour l’aider à bâtir son économie chancelante, minée par la corruption. L’aide canadienne inclut 202 millions $ pour l’aide au développement et 400 millions $ de prêts à intérêts réduits.

*Avec PC

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.