Yémen: la délégation des rebelles se joint aux consultations de paix à Genève

0
L'envoyé spécial du CCG pour le Yémen Saleh Al-Qunaieer, le secrétaire général du CCG Abdullatif al-Zayani, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon et l'envoyé spécial des Nations unies pour le Yémen Ismail Ould Cheikh Ahmed le 14 juin 2015 dans les bureaux de l'ONU à Genève. (Fabrice Coffrini/AFP)
L’envoyé spécial du CCG pour le Yémen Saleh Al-Qunaieer, le secrétaire général du CCG Abdullatif al-Zayani, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon et l’envoyé spécial des Nations unies pour le Yémen Ismail Ould Cheikh Ahmed le 14 juin 2015 dans les bureaux de l’ONU à Genève. (Fabrice Coffrini/AFP)
La délégation de rebelles yéménites est arrivée tôt mardi à Genève pour participer aux consultations avec le gouvernement en exil sous l’égide de l’ONU, après avoir été bloquée à Djibouti, selon une source de l’ONU.

Les membres de la délégation du mouvement Ansarullah et de ses alliés étaient attendus mardi matin au siège de l’ONU. Leur avion avait quitté Sanaa dimanche après-midi mais avait été immobilisé à Djibouti pendant près de 24 heures.

Les rebelles soutenus par l’Iran avaient accusé l’Egypte et le Soudan de ne pas autoriser leur appareil à survoler leur espace aérien.

Par la suite, dans un communiqué posté sur sa page Facebook, le porte-parole d’Ansarullah, Mohamed Abdel Salam, avait remercié le sultanat d’Oman qui a selon lui « déployé ses bons offices » afin de régler le problème.

Oman, seule monarchie du Golfe à ne pas participer aux opérations militaires contre les rebelles dirigées depuis le 26 mars par Ryad, entretient de bonnes relations à la fois avec l’Iran et l’Arabie saoudite.

Les pourparlers de paix devaient initialement démarrer dimanche, mais avaient été reportés une première fois à lundi matin.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a rencontré lundi à Genève les représentants du gouvernement, en exil en Arabie Saoudite, et appelé à « observer une trêve humanitaire de deux semaines à l’occasion du Ramadan », le mois de jeûne musulman qui commence cette semaine.

La rencontre de Genève intervient alors que des frappes aériennes de la coalition arabe n’ont pas pu enrayer la progression des rebelles chiites d’Ansarullah, soutenus par l’Iran et forts de l’appui des unités de l’armée restées fidèles à l’ancien président Ali Abdallah Saleh.

Les combats ont fait depuis le mois de mai plus de 2.600 morts, selon M. Ban.

Les commentaires sont fermés.