Au moins 21 morts dans deux attaques antichiites à Bagdad

0
Au moins 21 morts dans deux attaques antichiites à Bagdad. (compte Twitter@TheCairoPost)
Au moins 21 morts dans deux attaques antichiites à Bagdad. (compte [email protected])

Au moins 21 personnes ont été tuées et des dizaines blessées mercredi dans deux attentats contre des quartiers à majorité chiite de Bagdad, frappée ainsi que ses environs par une recrudescence des attaques sanglantes ces derniers jours.

Une voiture piégée a explosé dans une rue commerçante de la capitale irakienne, selon des sources médicales et de sécurité.

Il y a eu 16 martyrs au moins et 30 blessés à Bayaa, a affirmé un colonel de la police. Un bilan confirmé de source médicale.

Un autre attentat a fait au moins 5 morts et 16 blessés dans le quartier al-Chaab, selon des sources médicales et de sécurité.

La police et le ministère de l’Intérieur ont affirmé que l’attaque avait été menée par deux kamikazes qui ont détoné leurs ceintures explosives contre un check-point tenu par l’armée et la police à l’entrée du quartier.

Mais une source médicale a affirmé qu’elle avait été perpétrée avec une voiture piégée dans la rue commerçante d’al-Chaab.

Ces nouveaux attentats n’ont pas été immédiatement revendiqués mais leur mode opératoire rappelle celui du groupe jihadiste sunnite Etat islamique (EI) qui contrôle de vastes pans de territoire à l’ouest et au nord de Bagdad et qui considère les chiites comme des hérétiques.

L’EI a revendiqué deux attentats à la voiture piégée mardi à Bagdad qui ont fait 23 morts dans des quartiers chiites de la capitale: Bagdad al-Jadida (19 morts) et Zafaraniya (4 morts).

Ce groupe responsable d’atrocités dans les régions sous son contrôle notamment en Irak et en Syrie voisine, a aussi revendiqué la semaine dernière l’une des attaques les plus sanglantes de ces derniers mois en Irak.

Vendredi, 90 personnes ont péri et plus d’une centaine ont été blessées dans l’attentat suicide à la voiture piégée commis en plein marché à Khan Bani Saad, une ville majoritairement chiite à 20 km au nord de Bagdad. L’attaque avait eu lieu au moment où le pays célébrait la fête du Fitr, marquant la fin du mois de jeûne du ramadan.

L’EI a indiqué avoir pris pour cibles des milices chiites, une affirmation récurrente même quand les attentats tuent en large majorité des civils.

Après cette attaque, le Premier ministre Haider al-Abadi a assuré être déterminé à traquer (les jihadistes) dans tous les coins d’Irak, jusqu’au dernier.

Aidées des milices chiites, de tribus sunnites et soutenues par une campagne aérienne de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, les forces irakiennes tentent de reprendre les zones conquises par l’EI en juin 2014.

La progression rapide des jihadistes avait mis en déroute les forces gouvernementales aux premiers jours de l’offensive fulgurante de l’EI.

Depuis des milliers de conseillers militaires américains ont été déployés à travers l’Irak pour aider le pays à chasser les jihadistes, outre la campagne aérienne qui vise quasi-quotidiennement des positions de l’EI, notamment dans la province d’Al-Anbar (ouest).

Les forces gouvernementales y sont actuellement engagées dans une offensive contre les jihadistes, resserrant l’étau autour des deux principales villes de cette immense province majoritairement sunnite, Ramadi et Fallouja.

Les commentaires sont fermés.