Aucun rebelle formé par les États-Unis n’a été enlevé en Syrie

0
Des groupes rebelles syriens ont annoncé jeudi 11 juin 2015 avoir pris au régime de larges parties de la base aérienne Al-Thala, dans de la province de Soueida (sud), voisine de la province de Deraa. (Hiba Mohammed/Arabe 21)
Des groupes rebelles syriens ont annoncé jeudi 11 juin 2015 avoir pris au régime de larges parties de la base aérienne Al-Thala, dans de la province de Soueida (sud), voisine de la province de Deraa. (Hiba Mohammed/Arabe 21)

Le ministère américain de la Défense a démenti jeudi des informations selon lesquelles des rebelles syriens formés par ses militaires avaient été enlevés par les djihadistes du Front al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaïda.

Aucun combattant formé dans le cadre d’un programme du Pentagone pour combattre les djihadistes du groupe État islamique (EI) n’a été enlevé, a indiqué à l’AFP une porte-parole du Pentagone, la commandante Elissa Smith.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), une ONG basée en Grande-Bretagne et qui dispose d’un large réseau de sources à travers la Syrie, a rapporté plus tôt jeudi que huit combattants entraînés par les États-Unis avaient été enlevés par al-Nosra dans un village de la province d’Alep, dans le nord de la Syrie.

«Nous ne dévoilerons pas les noms précis des groupes impliqués dans le programme de formation et d’équipement en Syrie, mais je peux vous confirmer qu’aucun membre de la nouvelle force syrienne n’a été enlevé», a affirmé Elissa Smith.

Par «nouvelle force syrienne» (New Syrian Force, en anglais), les autorités américaines désignent les rebelles modérés qu’ils ont entrepris de former pour lutter contre l’EI en Syrie.

Le premier groupe de ces combattants, formés en Turquie dans le cadre du programme du Pentagone financé à hauteur de 500 millions de dollars, aurait récemment traversé la frontière vers la Syrie. Ce groupe serait composé de 54 combattants.

Les commentaires sont fermés.