Comment Obama réfute les critiques contre l’accord avec l’Iran sur le nucléaire

0
Tableau de la Maison Blanche voulant illustrer comment l'accord du 14 juillet 2015 met la bombe encore plus hors de portée de l'Iran. (White House)
Tableau de la Maison Blanche voulant illustrer comment l’accord du 14 juillet 2015 met la bombe encore plus hors de portée de l’Iran. (White House)

Le président américain Barack Obama a de nouveau réfuté samedi les critiques contre l’accord historique sur le nucléaire iranien, qui fait face à une forte hostilité au Congrès.

« Sans cet accord nous risquerions d’avoir une autre guerre dans cette région, la plus plus volatile du monde », a déclaré M. Obama dans son allocution hebdomadaire.

« Cet accord met la bombe encore plus hors de portée de l’Iran. Et il impose à l’Iran une interdiction pour toujours de posséder l’arme nucléaire », a-t-il ajouté.

« Nous aurons une surveillance sans précédent, 24 heures sur 24, sept jour sur sept, des installations nucléaires clé de l’Iran », a plaidé le président américain, en rappelant que les sanctions internationales contre ce pays, que l’accord permet de lever, seraient rétablies en cas de violation.

Les parlementaires américains disposent de 60 jours, à partir du dépôt officiel des documents négociés à Vienne auprès du Congrès, pour approuver ou rejeter l’accord dans une résolution.

M. Obama devra convaincre au moins un tiers du Congrès, dominé par ses adversaires républicains qui y sont largement hostiles, de ne pas empêcher la suspension des sanctions américaines, promises par Washington en contrepartie des concessions iraniennes.

Le président a assuré qu’il était ouvert à tout examen et n’avait peur d’aucune question de la part du Congrès.

« Nous avons refusé d’accepter un mauvais accord. Nous avons tenu bon afin d’obtenir un accord qui satisfasse toutes nos demandes essentielles. Et nous l’avons eu », a-t-il dit.

L’accord a été conclu mardi à Vienne entre Téhéran et les grandes puissances du groupe 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne, Allemagne).

Tableau de la Maison Blanche voulant illustrer comment l’accord du 14 juillet 2015 empêche l’Iran de se doter de l’arme nucléaire. (White House)

Il vise à rendre quasiment impossible la possibilité pour l’Iran de fabriquer une bombe atomique, tout en lui assurant le droit de développer une filière nucléaire civile. En échange, la République islamique bénéficiera d’une levée progressive des sanctions internationales.

Outre les critiques venant du Congrès, cet accord est vu avec inquiétude par des alliés de Washington au Moyen-Orient, en particulier Israël, qui redoutent une influence accrue de Téhéran dans la région.

Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a averti samedi que, malgré cet accord, son pays continuerait de s’opposer à la politique arrogante des États-Unis.

Les commentaires sont fermés.