Intenses combats entre armée tchadienne et Boko Haram sur des îles du lac Tchad

0
Des soldats tchadiens dans un véhicule militaire patrouillent à Malam Fatori dans le nord du Nigeria, le 25 mai 2015 (Archives/Issouf Sanogo/AFP)
Des soldats tchadiens dans un véhicule militaire patrouillent à Malam Fatori dans le nord du Nigeria, le 25 mai 2015 (Archives/Issouf Sanogo/AFP)

De violents combats opposaient lundi l’armée tchadienne aux insurgés islamistes nigérians de Boko Haram sur des îles du lac Tchad, a-t-on appris de sources concordantes.

« Nos forces (…) ont intercepté dans la matinée des éléments de Boko Haram en fuite à une vingtaine de km au sud-est de Baga Sola, l’une des principales villes tchadiennes du lac », a affirmé à l’AFP une source sécuritaire tchadienne, précisant que de violents combats se poursuivaient en fin d’après-midi dans la zone.

D’après cette source, un premier accrochage entre soldats tchadiens et insurgés avait eu lieu samedi à Midi Koutou, une île du lac, faisant six morts et 15 blessés parmi les éléments de Boko Haram. Un soldat tchadien a également été tué.

Les combattants de Boko Haram ont enlevé beaucoup de femmes et d’enfants dans leur fuite samedi, a affirmé la même source, sans pouvoir préciser leur nombre.

Selon cette source sécuritaire, environ 1.000 hommes (des forces de sécurité et de défense tchadiennes) sont positionnés pour occuper toutes les îles et neutraliser Boko Haram.

Une source proche des autorités locales a confirmé une grande opération de ratissage en cours dans les îles tchadiennes du lac, où le gouvernement a ordonné l’évacuation des populations.

L’armée est entrée en force dans presque toutes les îles (tchadiennes), ce sont essentiellement des petit îlots et des villages où elle fait face à une présence dispersée des Boko Haram, a-t-elle précisé.

« Il y a environ deux semaines, à la demande du gouvernement tchadien, les autorités ont lancé une opération pour évacuer la population des îles (…). Presque 90% des habitants ont déjà rejoint la terre ferme » a assuré cette source.

Les insurgés ont mené à plusieurs reprises ces derniers mois des attaques sanglantes sur les îles des quatres pays riverains du lac, Nigeria, Tchad, Niger et Cameroun.

Mais le lac est aussi devenu un lieu de repli pour le groupe islamiste, affaibli dans ses fiefs nigérians par la coalition militaire régionale mise sur pied par ces pays voisins début 2015, au sein de laquelle l’armée tchadienne est en première ligne.

Les commentaires sont fermés.