La base Kingston désignée maison mère du renseignement militaire canadien

0

La Base des Forces armées canadiennes Kingston a été désignée aujourd’hui comme la maison mère de la Branche des services du renseignement des Forces canadiennes lors d’une cérémonie présidée par le brigadier‑général (retraité) Glenn Nordick, colonel commandant de la Branche des services du renseignement.

Faits en bref

Un héritage durable de la Branche des services du renseignement sera établi à la BFC Kingston, où des installations et de l’infrastructure précises seront consacrées à la Branche des services du renseignement.

Kingston a la deuxième plus grande concentration de professionnels du renseignement militaire au Canada, et la BFC Kingston héberge diverses unités et membres du personnel du renseignement, notamment l’École du renseignement militaire des Forces canadiennes, le 21e Régiment de guerre électronique, le personnel du renseignement de la 1re Division du Canada, le Centre de renseignement de toutes sources interarmées, la Force opérationnelle interarmées X et le Régiment du renseignement de l’Armée canadienne.

La ville de Kingston, en Ontario, est l’endroit où l’on offre l’instruction militaire canadienne sur le renseignement depuis 1940, deux ans avant la création du Service canadien des renseignements et elle abrite l’École du renseignement militaire des Forces canadiennes (ERMFC) depuis 2000.

La cérémonie de désignation de la maison mère a coïncidé avec le défilé de la passation du commandement de l’ERMFC, où le lieutenant-colonel Pascal Ratté a succédé au lieutenant-colonel Lester LeBlanc.

Situé à la BFC Kingston, l’ERMFC offre de l’instruction de base et spécialisée en renseignement militaire, du niveau élémentaire jusqu’au niveau avancé, aux officiers et aux militaires du rang des Forces armées canadiennes et aux civils du ministère de la Défense nationale.

Le commandant de l’ERMFC reçoit désormais le titre de cérémonie de commandant de la maison mère.

Citations

«C’est avec grand plaisir que j’observe la désignation de la BFC Kingston comme maison mère de la Branche des services du renseignement des Forces armées canadiennes. Depuis 1940, les officiers et les spécialistes du renseignement ont apporté une contribution importante et durable à la BFC Kingston et à la région du Grand Kingston et ils continueront de le faire à partir de leur nouvelle maison mère pendant de nombreuses années.», a déclaré le major-général Paul Wynnyk, commandant du Commandement du renseignement des Forces canadiennes

«Tout nouveau militaire de la Branche des services du renseignement suit une formation à la BFC Kingson et de nombreux membres du personnel du renseignement militaire travaillent à la BFC Kingson, ce qui a fait de cette base un choix idéal comme maison mère de la Branche des services du renseignement.», a déclaré quant à lui le brigadier-général (retraité) Glenn Nordick, colonel commandant de la Branche des services du renseignement

«Les hommes et les femmes de la BFC Kingston sont extrêmement fiers des contributions de notre communauté du renseignement militaire. La désignation de la BFC Kingston comme maison mère de la Branche des services du renseignement rappelle non seulement les liens historiques entre la Branche des services du renseignement et la BFC Kingston, mais fait aussi en sorte que la relation qui les unit se perpétue dans les années à venir.», a déclaré Colonel Stephen Kelsey, commandant de la BFC Kingston

«La BFC Kingston est le lieu de travail de professionnels du renseignement d’unités de l’Armée, de la Marine et de la Force aérienne, en plus d’être le siège du Commandement du renseignement des Forces canadiennes, du Commandement des opérations interarmées du Canada et du Commandement du personnel militaire, ayant une forte représentation de la Force régulière et de la Première réserve. Je ne connais aucun autre endroit qui puisse mieux représenter notre profession.», a déclaré pour sa part le lieutenant-colonel Lester LeBlanc, commandant de la maison mère et de l’École du renseignement militaire des Forces canadiennes.

Les commentaires sont fermés.