Le Pentagone maintient une option militaire contre la bombe iranienne

0
Le Secrétaire à la Défense américain, Ashton Carter, arrive en Israël pour discuter des questions régionales, tout particulièrement de l,accord nucléaire conclu le 14 juillet avec l'Iran dénoncé vivement par le gouvernement israélien. (Compte Twitter/@YiddishNews)
Le Secrétaire à la Défense américain, Ashton Carter, arrive en Israël pour discuter des questions régionales, tout particulièrement de l’accord nucléaire conclu le 14 juillet avec l’Iran dénoncé vivement par le gouvernement israélien. (Compte Twitter/@YiddishNews)

L’accord sur le programme nucléaire iranien n’empêche en rien le Pentagone de conserver une option militaire pour empêcher l’Iran d’acquérir la bombe, a souligné dimanche le secrétaire à la Défense américain Ashton Carter.

M. Carter s’exprimait devant des journalistes, dans l’avion qui l’emmenait en Israël, première étape d’une tournée au Moyen-Orient destinée notamment à rassurer les alliés américains dans la région, inquiets des conséquences de l’accord.

«L’une des raisons pour lesquelles cet accord est un bon accord est qu’il n’empêche en rien» le maintien d’une option militaire américaine, dans le cas où l’Iran chercherait malgré tout à se doter de la bombe, a-t-il déclaré.

«Nous préservons et améliorons continûment» cette option, a-t-il ajouté.

M. Carter a souligné que les États-Unis allaient continuer d’approfondir leur coopération militaire avec leurs alliés traditionnels dans la région, comme Israël et l’Arabie Saoudite.

«À cause du potentiel d’agression et d’activités pernicieuses de l’Iran» et de la lutte contre les groupes extrémistes comme le groupe État islamique, «nous cherchons toujours à renforcer notre posture» dans la région, a déclaré M. Carter.

Avec Israël, les États-Unis travaillent en moment notamment sur la défense anti-missiles, le contre-terrorisme, «une foule de sujets» sur lesquels «nous en faisons plus et nous sommes prêts à en faire plus», a-t-il dit.

Avec l’Arabie saoudite et les pays du Golfe, les États-Unis travaillent à renforcer leur coopération en matière de «contre-terrorisme», de «forces spéciales», de «sécurité maritime», de défense anti-missiles et aérienne intégrées, et de cyber-sécurité, a indiqué M. Carter.

En Israël, M. Carter doit rencontrer le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou et son homologue. En Arabie saoudite, il doit rencontrer le roi Salmane et son homologue. M. Carter va également se rendre en Jordanie.

Selon la presse israélienne, Israël va tenter d’obtenir des compensations des États-Unis après l’accord avec l’Iran, sous forme d’un renforcement de l’aide militaire américaine.

Les commentaires sont fermés.