Les habitants de Crimée heureux d’avoir rejoint la Russie, affirment des parlementaires français d’opposition

0
Sergueï Aksenov (à gauche) et Thierry Mariani. Le président de la république russe de Crimée, Sergueï Aksenov, a rencontré une délégation de parlementaires français conduite par Thierry Mariani, député du parti Les Républicains et coprésident de l'association Dialogue franco-russe. (Site officiel du gouvernement de la Crimée)
Sergueï Aksenov (à gauche) et Thierry Mariani. Le président de la république russe de Crimée, Sergueï Aksenov, a rencontré une délégation de parlementaires français conduite par Thierry Mariani, député du parti Les Républicains et coprésident de l’association Dialogue franco-russe. (Site officiel du gouvernement de la Crimée)

Plusieurs parlementaires français d’opposition, de retour d’une visite controversée en Crimée, ont indiqué samedi à Moscou avoir rencontré des habitants heureux d’être revenus en Russie et soulagés de ne pas connaître la guerre dans cette péninsule ukrainienne annexée en 2014 par Moscou.

« La majorité des gens que nous avons rencontrés nous ont semblé heureux d’être revenus dans la Russie et rassurés de ne pas connaître la situation que certains connaissent dans les régions de Lougansk et Donetsk, dans l’Est de l’Ukraine, en guerre », a déclaré le député de droite Thierry Mariani lors d’une conférence de presse à Moscou.

Chacun sait que la situation qui fait que la Crimée est redevenue russe est durable, a poursuivi M. Mariani, député des Français de l’étranger dont la Russie, dénonçant une situation qui s’apparente à un blocus.

La Crimée a été annexée par Moscou en mars 2014 après l’occupation de la péninsule par des troupes russes et un référendum contesté, qualifié d’illégal par Kiev et les Occidentaux.

L’Union européenne a pris des sanctions qui interdisent notamment les activités touristiques en Crimée.

Les membres du gouvernement de la république de Crimée et les membres de la délégation parlementaire française.(Site officiel du gouvernement de la Crimée)
Très médiatisée en Russie, la visite de deux jours de cette délégation d’une dizaine de parlementaires, pour la plupart membres des Républicains (opposition de droite), a été dénoncée par le ministre français des Affaires étrangères comme une violation du droit international et par Kiev comme un manque de respect pour l’Ukraine.

Samedi, le chef de la diplomatie ukrainienne Pavlo Klimkine, cité par le site Evropeïskaïa Pravda, a annoncé que ces députés et sénateurs français seraient prochainement déclarés persona non grata en Ukraine.

« Est-ce que ce soulagement doit être critiqué? Je ne crois pas », a relevé de son côté le député Claude Goasguen, estimant également que les habitants de Crimée étaient soulagés de ne pas connaître la guerre.

« Quand on voit un peuple heureux de ne pas connaître la situation (de la région ukrainienne en guerre du) Donbass et qui vous dit que c’est le référendum qui permet d’être en paix, la moitié du terrain est fait », a-t-il ajouté.

Les hostilités entre les rebelles prorusses et l’armée ukrainienne ont fait plus de 6.500 morts en quinze mois. Kiev et l’Occident accusent la Russie d’avoir organisé ce conflit et de soutenir militairement les séparatistes.

Le sénateur centriste Yves Pozzo di Borgo a souhaité de son côté que l’ensemble des parlements européens puissent envoyer des missions en Crimée pour voir en fait que la situation n’est pas celle que les médias européens reproduisent.


Les députés français tiennent un point de presse en Crimée. (Russian TV)

Les commentaires sont fermés.