Nigeria: attaque suicide contre un barrage militaire, quatre morts

0
Nigeria: quatre morts dans une attaque suicide contre un barrage militaire en périphérie de Maiduguri, capitale de l'État de Borno,  (Compte-twitter/‏@DunyaNews)
Nigeria: quatre morts dans une attaque suicide contre un barrage militaire en périphérie de Maiduguri, capitale de l’État de Borno, (Compte-twitter/‏@DunyaNews)

Quatre personnes ont été tuées lundi dans un attentat suicide commis contre un poste de contrôle militaire en périphérie de la ville de Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, ont rapporté à l’AFP des miliciens qui épaulent l’armée dans sa lutte contre les islamistes de Boko Haram.

L’attaque a visé le point de contrôle de Jimtilo dans le sud de Maiduguri, capitale de l’État de Borno. L’explosion a eu lieu à 12H10 (11H10 GMT), au moment où les voyageurs arrivant à Maiduguri étaient contrôlés, ont-ils dit.

L’attentat a fait quatre morts, dont deux civils membres de la milice et un policier, et cinq blessés, a précisé Babakura Kolo, qui fait partie de la milice. Ce bilan a été confirmé par un autre milicien, Umar Bulunkutu.

Selon Danlami Ajaokuta, un autre milicien, le kamikaze a déclenché ses explosifs au milieu d’un groupe de voyageurs.

C’est la procédure standard: les passagers sortent de leur véhicule et marchent quelques mètres jusqu’au point de contrôle des militaires. Là, ils présentent leur pièce d’identité et regagnent leur véhicule quelques mètres plus loin, a-t-il décrit.

Samedi, Maiduguri avait déjà été frappée par un attentat suicide: deux kamikazes avaient déclenché leurs explosifs aux abords d’une gare routière, faisant deux morts.

Cet attentat avait été revendiqué dans la journée par Boko Haram, tout comme celui perpétré le même jour sur le marché central de la capitale tchadienne et qui a fait 15 morts.

Maiduguri, berceau du groupe armé islamiste, a été frappée à de nombreuses reprises par des attentats de Boko Haram. Cette insurrection et sa répression par les forces armées ont fait plus de 15.000 morts et 1,5 million de déplacés.

Le groupe a multiplié les attentats depuis que le nouveau président, Muhammadu Buhari, a pris ses fonctions le 29 mai, faisant au moins 570 victimes selon un décompte de l’AFP.

Peu après l’attentat contre le barrage militaire lundi à la mi-journée, un habitant de Maiduguri, Ibrahim Buba, a affirmé à l’AFP avoir vu deux avions de chasse de l’armée nigériane faire route vers le sud de la ville.

L’un d’eux est ensuite revenu et nous avons appris que les avions étaient lancés à la poursuite de tireurs de Boko Haram qui ont été vus dans le bush, apparemment en train de préparer une attaque contre la ville, a-t-il ajouté.

Les commentaires sont fermés.