Nigeria: une adolescente se fait exploser dans une mosquée, 12 morts

0
Des fidèles quittent la mosquée à Yola (nord-est du Nigeria), le 19 juin 2015. (Archives/Pius Utomi Ekpei/AFP)
Des fidèles quittent la mosquée à Yola (nord-est du Nigeria), le 19 juin 2015. (Archives/Pius Utomi Ekpei/AFP)

Une adolescente s’est fait exploser dans une mosquée de Malari, un village du nord-est du Nigeria, tuant 12 fidèles, ont rapporté vendredi à l’AFP un milicien qui combat Boko Haram auprès de l’armée et un témoin.

Jeudi peu après 14h00 (13H00 GMT), « une kamikaze a lancé une attaque sur la mosquée de Malari, un village proche de Konduga à 35 km de Maiduguri, où elle a tué 12 fidèles et elle en a blessé sept autres », a rapporté Danlami Ajaokuta, le chef d’une milice locale.

« La kamikaze était une jeune fille d’environ 15 ans, elle avait été repérée par les fidèles qui se préparaient pour la prière de l’après-midi », a-t-il ajouté.

Gajimi Mala, un habitant qui a aidé à transporter les victimes, a confirmé ce bilan et l’âge approximatif de la jeune fille.

« On ne la connaissait pas dans le village, et quand elle a été repérée près de la mosquée (…) on lui a demandé de partir », a expliqué M. Mala.

La jeune fille « a alors quitté la mosquée, et tout le monde pensait qu’elle était partie (…) mais au moment où les fidèles étaient en train de prier dans la mosquée, elle a couru très vite à l’intérieur de la mosquée et elle s’est fait exploser », a-t-il poursuivi.

L’attentat n’a pas été revendiqué pour l’instant mais correspond au modus operandi du groupe islamiste Boko Haram, qui a déjà utilisé de nombreuses fois des jeunes filles comme bombes humaines. L’Etat de Borno, où se trouve le village de Malari, est l’épicentre de l’insurrection des islamistes.

Ce nouvel attentat-suicide, en plein mois de ramadan, est survenu au lendemain de trois attaques très meurtrières, qui ont fait au moins 145 morts dans le nord-est du Nigeria, le pire carnage commis par Boko Haram depuis l’arrivée au pouvoir du président nigérian Muhammadu Buhari, le 29 mai.

Les commentaires sont fermés.