Rapid Trident 2015: 18 pays, dont le Canada, lancent de vastes manœuvres militaires en Ukraine

0

150720-rapid-trident-2015-logo

L’Ukraine et les États-Unis ont lancé ce lundi 20 juillet de vastes manœuvres dans l’ouest de l’Ukraine censées montrer le soutien international à l’opération militaire menée par Kiev dans l’est séparatiste. Seize autres pays, dont le Canada, participent à cette opération.

Les pays participants sont l’Ukraine, l’Azerbaïdjan,la Bulgarie, le Canada, l’Estonie, la Géorgie, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, la Lettonie, la Lituanie, la Moldavie, la Norvège, la Pologne, la Roumanie, la Serbie, l’Espagne, la Turquie et les États-Unis.

Pour leur part, les militaires canadiens du 4e Régiment d’appui du génie, originaires de Gagetown, au Nouveau-Brunswick, sont actuellement à Yavoriv, en Ukraine, pour transmettre leurs connaissances acquises lors de l’intervention du Canada en Afghanistan, qui a duré plus de dix ans.

Au total, 15 soldats canadiens participeront ainsi à la formation militaire impliquant 18 pays qui porte le nom «Saber Guardian/Rapid Trident 15». Cette formation est distincte de la mission d’entraînement au combat, déjà annoncée en avril dernier, qui, elle, sera lancée prochainement.

Dans le cadre de l’exercice SABER GUARDIAN / RAPID TRIDENT 15, le personnel de l’Armée canadienne mettra donc à profit son expertise en matière d’opérations de lutte contre les dispositifs explosifs de circonstance (C-IED) acquise en Afghanistan, explique le ministère canadien de la Défense.

Neuf instructeurs en C-IED de l’Armée canadienne, provenant du 4e Régiment d’appui du génie, ainsi qu’un technicien médical du Groupe des Services de santé des Forces canadiennes assureront le perfectionnement des compétences et des connaissances des soldats participants en ce qui a trait aux méthodes et aux techniques de C-IED à l’appui des opérations de stabilité, précise la Défense canadienne.

En outre, en partenariat avec plusieurs autres nations, quatre officiers et un militaire du rang du Quartier général de l’Armée canadienne et du Quartier général de la 5e Division du Canada occuperont des postes d’état-major au sein du Quartier général de la Brigade multinationale de l’exercice et du Groupe de contrôle de l’exercice, ajoute la Défense nationale canadienne Ils fourniront un mentorat et du soutien aux officiers ukrainiens affectés à des fonctions de commandement.

«Les exercices multinationaux comme SABER GUARDIAN/RAPID TRIDENT 15 fournissent aux membres de l’Armée canadienne une importante plateforme d’entraînement en vue d’une vaste gamme d’opérations avec nos partenaires de l’OTAN, en plus d’accroître leur expérience et leur efficacité en réponse aux menaces internationales. Il s’agit d’une belle occasion de démontrer le professionnalisme, l’expertise et le leadership reconnus de l’Armée canadienne.», a déclaré le lieutenant-général Marquis Hainse, commandant de l’Armée canadienne

Lancement de l’opération

Ce sont les Américains et les Ukrainiens qui dirigent conjointement ces exercices.

Et ce lundi, au son de l’hymne des États-Unis, deux soldats américains ont hissé leur drapeau national dans le stade de l’immense terrain militaire ukrainien de Yavoriv, près de la frontière polonaise. Deux soldats ukrainiens ont ensuite hissé un drapeau ukrainien lors d’une cérémonie du lancement des manœuvres du nom de « Rapid Trident » qui dureront jusqu’au 31 juillet.

Les commandants ukrainien et américain qui dirigent ensemble les exercices ont passé en revue environ 2000 militaires qui les ont salués dans leur langue. Des chars participent aux manœuvres et des hélicoptères américains survoleront la zone, au risque de provoquer l’ire de la Russie.

Prennent part aux exercices 675 militaires ukrainiens, dont plusieurs ayant combattu dans la zone du conflit dans l’est et qui « vont partager leur expérience avec leurs camarades ukrainiens et des autres pays », a souligné le colonel Olexandre Sivak, commandant ukrainien.

Pour son homologue américain, le colonel Alfred Renzi, qui aura sous ses ordres 562 Gi’s, les militaires des 18 pays qui vont pendant deux semaines « coopérer comme une force unifiée pour garantir la stabilité dans une région ».

« Les manoeuvres unissent pour la première fois 18 pays, cela montre un large soutien dont bénéficie l’Ukraine dans sa lutte pour sa liberté et la souveraineté », a ajouté le colonel Sivak. Les exercices se déroulent au moment où les troupes ukrainiennes combattent la rébellion séparatiste prorusse dans l’est dans un conflit qui a déjà fait plus de 6500 morts en quinze mois.

Le ministre canadien de la Défense, Jason Kenney, a expliqué que l’objectif de cet entraînement aujourd’hui était d’aider l’Ukraine à résister et à défendre son intégrité territoriale.

«Alors que les agressions du régime de Poutine se poursuivent en Ukraine, le Canada continue d’axer la priorité sur l’établissement de capacités de défense et la consolidation de partenariats en Europe de l’Est. En participant à l’exercice SABER GUARDIAN / RAPID TRIDENT 15, nous voulons appuyer nos alliés dans la région tout en aidant à accroître la résilience de l’Ukraine et à renforcer sa capacité à protéger son intégrité territoriale.», a déclaré le ministre canadien.

Une présence permanente s’ajoute aux exercices

Fin avril, 300 parachutistes américains ont été déjà déployés pour plusieurs mois dans l’ouest de l’Ukraine (nom de l’opération: Fearless Guardian – Gardien sans peur) afin d’y entraîner 900 soldats de la Garde nationale ukrainienne devant combattre les rebelles, le tout à la demande de Kiev.

Le Canada, pour sa part, a annoncé qu’il allait déployer 200 soldats en Ukraine , dont l’avant-garde est déjà sur place.

Déployés tant sur «le long terme» que sur une «base périodique», les militaires offriront notamment de la formation sur la neutralisation d’explosifs et de munitions, la neutralisation de dispositifs explosifs de circonstance, assureront la formation de policiers militaires, fourniront de la formation médicale, offriront de la formation sur la sécurité des vols, et donneront de la formation sur la modernisation du système de logistique.

La formation commencera cet été et aura principalement lieu au Centre de partenariat de l’OTAN pour la formation et l’éducation au maintien de la paix de Yavoriv, dans l’ouest de l’Ukraine, non loin de la frontière polonaise. Une autre partie de la formation aura lieu au centre de déminage du ministère de la Défense ukrainien, à Kamianets-Podilskyï, toujours dans l’ouest.

*Avec AFP

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.