Réunion de la coalition anti-EI à Québec: le Canada versera 8 millions $ dans plusieurs programmes

0
Réunion à Québec de la coalition anti-EI. (@endrapewar/Twitter)
Réunion à Québec de la coalition anti-EI. (@endrapewar/Twitter)

Le ministre des Affaires étrangères Rob Nicholson, a conclu aujourd’hui une réunion des directeurs politiques du groupe restreint de la coalition mondiale contre le groupe armé État islamique, à Québec, et a annoncé plusieurs engagements du Canada.

Les échanges, sous haute sécurité, se sont déroulés derrière des portes closes au Château Frontenac, entre quelque 150 dignitaires, politiciens et militaires provenant d’une vingtaine de pays.

Les délégués présents à cette réunion, incluant le général (ret.) John Allen, émissaire du président américain pour la coalition contre l’EI et le ministre irakien des Affaires étrangères Ibrahim al-Jafaari, ont évalué les efforts de la coalition à ce jour, puis ont examiné les prochaines mesures clés à prendre pour lutter contre l’EI.

Le ministre Nicholson a souligné à quel point «le plus grand défi de la présente génération est de vaincre l’EI et de faire face aux nouvelles formes de terrorisme». Il a également réitéré le «plein engagement» du Canada à rester à «l’avant-garde des efforts internationaux visant à contrer les actes barbares et les visées expansionnistes de l’EI».

Pour relever les énormes défis que pose l’EI sur le plan politique et de la sécurité et répondre aux besoins humanitaires qui en découlent, le Canada offre divers programmes d’aide humanitaire, de développement, de stabilisation et de sécurité en vue d’appuyer les pays de la région et d’apporter une aide vitale aux victimes de ce terrorisme barbare alors qu’elles cherchent à reconstruire leur avenir.

Le ministre a annoncé la mise en place de nouveaux programmes pour aider les Irakiens. Le Canada offrira jusqu’à 8,3 millions $ pour des programmes visant à: bâtir la capacité des autorités irakiennes dans le domaine de l’action antimines; fournir du matériel militaire non létal aux pays touchés par l’EI pour les aider à endiguer le flot de combattants étrangers et à sécuriser leurs frontières; contrer les menaces chimiques et biologiques; améliorer l’acheminement d’aide humanitaire.

Depuis novembre 2014, les Forces armées canadiennes se sont jointes à la campagne militaire de la coalition contre l’EI et a déployé six avions CF-18, un appareil de ravitaillement CC-150T, deux avions de surveillance CP-140 en plus de 600 militaires, dont des membres d’équipage, du personnel de soutien et de logistique, du personnel de commande et de contrôle ainsi que du personnel de planification et de liaison, afin de travailler avec ses partenaires des États Unis et des autres pays membres de la coalition. En outre, environ 69 membres des forces spéciales sont déployés en Irak pour conseiller et aider les forces irakiennes dans leur lutte contre l’EI.

Le gouvernement reconnaît qu’en Irak «la situation en matière de sécurité continue de se détériorer alors que des affrontements armés entre [l’EI] et les forces gouvernementales provoquent le déplacement de civils». Depuis janvier 2014, plus de 3 millions d’Irakiens ont été déplacés, et l’on estime qu’environ 8,2 millions de civils en Irak requièrent une aide humanitaire immédiate.

Le conflit dévastateur en Syrie se caractérise par un nombre important de victimes civiles et des violations généralisées du droit international. Profitant de la guerre civile, l’EI a fait une percée stratégique en Syrie en avivant les tensions sectaires et en encourageant l’afflux de combattants étrangers.

«Nous ne resterons pas les bras croisés pendant que l’EIIS et ses groupes affiliés poursuivent leur carnage en vue de semer le chaos dans toute la région, de former des groupuscules de l’Afrique du Nord à l’Asie du Sud et d’embrigader de jeunes occidentaux», a déclaré par voie de communiqué le ministre Nicholson.

Le Canada et ses partenaires de la coalition font une différence notable dans la lutte contre l’EIIS, tout en apportant une aide humanitaire aux personnes qui en ont le plus besoin.
Rob Nicholson, ministre des Affaires étrangères

Les Turcs présents, les Kurdes absents

À noter que bien que ne faisant pas partie officiellement de l’Opération INHERENT RESOLVE, et donc de la Coalition qui bombarde les positions des djihadistes, la Turquie était bien représentée à la réunion d’aujourd’hui.

En revanche, le gouvernement kurde en Irak s’est plaint d’être exclu de la réunion.

Le bureau diplomatique du gouvernement régional du Kurdistan à Washington a publié un communiqué cette semaine en disant que les Kurdes n’avaient pas reçu d’invitation à la réunion de Québec, même si leurs combattants peshmergas «ont fait de grands sacrifices» dans la lutte contre l’EI.

L’absence des Kurdes est d’autant plus étonnante que le gouvernement conservateur a maintes fois salué le courage des combattants peshmergas dans leur lutte contre les djihadistes. Leur région semi-autonome dans le nord de l’Irak a également été le point focal pour les efforts militaires canadiens, diplomatiques et humanitaires depuis l’année dernière.

Le Premier ministre Stephen Harper, accompagné de son ministre de la Défense nationale ont d’ailleurs rencontré début mai le président de la région autonome du Kurdistan, Massoud Barzani et des forces peshmergas sur la ligne de front.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.