Ryad arrête 431 personnes accusées d’être liées à l’État islamique

0
En revendiquant l'attentat perpétré contre la mosquée chiite de Koudeih, en Arabie saoudite, l'EI avait identifié le kamikaze comme Abou Amer al-Najdi (@wa6ani_1/compte Twitter)
Les cellules de djihadistes arrêtées ce 18 juillet 2015 en Arabie saoudite étaient impliquées dans plusieurs attaques, dont les attentats suicide sanglants contre des mosquées chiites dans l’est du royaume, selon les autorités. (@wa6ani_1/compte Twitter)

Le ministère saoudien de l’Intérieur a annoncé samedi le démantèlement d’une organisation liée au groupe .tat islamique (EI), et l’arrestation de 431 de ses membres présumés, en majorité des Saoudiens.

Les autorités ont réussi à détruire ces dernières semaines une organisation composée de petites cellules et liée au groupe terroriste Daech, acronyme arabe de l’EI, a affirmé le ministère dans un communiqué, deux jours après un attentat à la voiture piégée à Ryad, revendiqué par le groupe djihadiste sunnite.

« Les membres du réseau opéraient sur un scénario préparé depuis des zones agitées à l’étranger, dans le but de semer la sédition et d’étendre le chaos », poursuit le ministère.

Les cellules étaient impliquées dans plusieurs attaques, dont les attentats suicide sanglants contre des mosquées chiites dans l’est du royaume, selon les autorités.

L’EI, qui considère les chiites comme des hérétiques, avait revendiqué ces attaques.

L’Arabie saoudite, pays du Golfe à majorité sunnite, a multiplié ces derniers mois les arrestations d’extrémistes sunnites soupçonnés de planifier des attaques, et dénoncé les attentats antichiites comme contraires à l’islam.

Connu pour sa brutalité, l’EI qui a proclamé un califat sur les régions qu’il contrôle à cheval entre l’Irak et la Syrie, est redouté en Arabie saoudite qui craint que ses attentats n’attisent les tensions confessionnelles entre la majorité sunnite et la minorité chiite.

La participation de l’Arabie saoudite à la coalition internationale antijihadiste fait aussi craindre des représailles.

Les commentaires sont fermés.