Srebrenica: veto russe à l’ONU, la Serbie se félicite, les victimes déplorent

Pierres tombales au mémorial du génocide de Potocari, près de Srebrenica. (Archives/MichaelBueker/Wikipédia)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Pierres tombales au mémorial du génocide de Potocari, près de Srebrenica. (Archives/MichaelBueker/Wikipédia)
Pierres tombales au mémorial du génocide de Potocari, près de Srebrenica. (Archives/MichaelBueker/Wikipédia)

La Serbie s’est félicitée mercredi du veto mis par la Russie à un projet de résolution de l’ONU sur Srebrenica, une décision que les familles des victimes ont déplorée, estimant qu’elle rend la réconciliation impossible.

« C’est un grand jour pour la Serbie car (la Russie) a empêché qu’elle soit stigmatisée de même que tout son peuple dans une tentative de les qualifier de génocidaires », a déclaré M. Nikolic à quatre jours du 20e anniversaire du massacre de Srebrenica, que la justice internationale a qualifié de génocide.

La Russie s’est opposée à un projet de résolution des Nations unies reconnaissant le massacre de Srebrenica comme étant un génocide, une question qui empoisonne les relations entre la Serbie et la Bosnie.

« Nous ne sommes pas surpris par cette décision (…) la Russie a, de fait, soutenu des criminels, ceux qui ont tué nos enfants. Une telle décision rend le rétablissement de la confiance et la réconciliation impossibles », a déclaré à l’AFP Munira Subasic, présidente d’une association de parents des victimes du massacre à Srebrenica.

« La résolution était surtout importante pour nos enfants plus que pour nous. En prenant sa décision, la Russie a laissé la porte ouverte à une nouvelle guerre », a-t-elle ajouté.

Il y a vingt ans, en juillet 1995 peu avant la fin du conflit intercommunautaire (1992-95) qui a fait 100.000 morts, quelque 8.000 hommes et garçons musulmans ont été tués par les forces serbes de Bosnie à Srebrenica, en Bosnie orientale, la pire tuerie en Europe depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

M. Nikolic a répété qu’un terrible crime que toute la Serbie a condamné avait été commis à Srebrenica.

Le président serbe considère toutefois que le projet de résolution n’a pas été mis à l’ordre du jour parce que certains pays estiment que les Serbes ont réellement commis un génocide, mais parce que la Serbie a résisté aux pressions et refusé d’imposer des sanctions à la Russie en liaison avec la crise en Ukraine.

La Russie a montré qu’elle était un véritable et sincère ami, un ami qui sait tenir compte des vraies valeurs et répond au bien par le bien, a ajouté le président serbe.

Mardi soir, le Premier ministre serbe Aleksandar Vucic a annoncé qu’il irait à Srebrenica assister à la cérémonie marquant le 20e anniversaire du massacre.

Il est temps de montrer que nous sommes prêts à la réconciliation, a déclaré M. Vucic à la presse.