Stephen Harper et Arseni Iatseniouk concluent à Ottawa l’accord de libre-échange Canada-Ukraine

0
Le Premier ministre Stephen Harper a accueilli à Ottawa le 14 juillet 2015 le Premier ministre de l’Ukraine, Arseni Iatseniouk. (page Facebook/Arseni Iatseniouk)
Le Premier ministre Stephen Harper a accueilli à Ottawa le 14 juillet 2015 le Premier ministre de l’Ukraine, Arseni Iatseniouk. (page Facebook/Arseni Iatseniouk)

Le Premier ministre Stephen Harper a accueilli à Ottawa le 14 juillet 2015 le Premier ministre de l’Ukraine, Arseni Iatseniouk. À cette première visite depuis qu’il est entré en fonction en 2014, le chef du gouvernement ukrainien a conclu l’accord final sur la création d’une zone de libre échange entre l’Ukraine et le Canada.

Cette visite a aussi été l’occasion pour les deux dirigeants de réaffirmer la relation étroite entre le Canada et l’Ukraine.

« Le Canada a montré un engagement inébranlable pour assurer la stabilité et la sécurité de l’Ukraine. La conclusion de l’Accord de libre-échange marque une autre étape », a déclaré le premier ministre canadien.

L’accord de libre-échange vise l’augmentation du commerce bilatéral de marchandises. En 2014, les échanges entre le Canada et l’Ukraine ont atteint 243,8 millions de dollars.

Arseni Iatseniouk a souligné que la signature de ce document « ouvre une nouvelle page dans les relations bilatérales entre l’Ukraine et le Canada. « Cela devrait renforcer la coopération ukraino-canadienne, augmenter nos investissements bilatéraux », ajoutant qu' »Il s’agit d’une nouvelle étape pour faire de notre pays un pays prospère. ».

Immédiatement après l’entrée en vigueur de l’accord, les exportateurs ukrainiens pourront accéder librement à 98 % du marché canadien. Depuis 2006, le gouvernement du Canada a conclu des accords de libre-échange avec 38 pays, ce qui a porté le nombre total d’accords à 43.

En fait, explique le communiqué du bureau du premier ministre canadien qui annonce la conclusion de l’accord, dès son entrées en vigueur, le Canada et l’Ukraine élimineront immédiatement les droits de douane sur respectivement 99,9 p. 100 et 86 p. 100 de leurs importations courantes, « ce qui profitera », souligne le communiqué, « aux exportateurs et consommateurs canadiens et ukrainiens »

Le premier ministre ukrainien a aussi remercié le gouvernement du Canada à l’appui de l’Ukraine.

Le Canada, soutien inconditionnel des pro-occidentaux ukrainiens

Les discussions entre les deux dirigeants ont aussi porté également sur l’occupation illégale par le régime Poutine de la Crimée et les deux dirigeants ont discuté de la mise en œuvre, par l’Ukraine, de son programme de réforme en matière d’économie et de gouvernance, face à l’occupation constante de la Crimée par la Russie et du soutien militaire et financier que la Russie offre aux insurgés dans l’est de l’Ukraine.

Le Canada et l’Ukraine entretiennent d’étroites relations bilatérales depuis que le Canada est devenu le premier pays occidental à reconnaître l’accession de l’Ukraine à l’indépendance le 2 décembre 1991.

Depuis le début de la crise ukrainienne qui a mené à la fuite du président pro-russe Ianoukovitch vers la Russie, le 22 février, jusqu’à aujourd’hui, le canada a été un soutien inconditionnel des pro-occidentaux, la rhétorique anti-Kremlin du premier ministre Harper et de son ministre des Affaires étrangères de l’époque, John Baird, dépassant même en virulence celle des Américains.

Cette semaine, on apprenait même qu’au cours du soulèvement de l’hiver 2014 qui a conduit à la destitution du président ukrainien Viktor Ianoukovitch, l’ambassade du Canada à Kiev avait servi de refuge à des manifestants antigouvernementaux durant plusieurs jours

Depuis le début de la crise en Ukraine, le Canada a imposé des sanctions contre plus de 285 personnes et entités russes et ukrainiennes associées au régime Poutine. Le Canada a également fourni une aide militaire non létale et a accru de manière considérable son aide bilatérale à l’Ukraine, a envoyé des centaines d’observateurs à l’appui d’élections dans le pays et a consenti 400 millions de dollars en prêts bilatéraux à faible taux d’intérêt à l’Ukraine.

De plus, le Canada élabore et met en œuvre des programmes de formation militaire et de renforcement des capacités destinés au personnel des forces ukrainiennes.

Les dirigeants canadiens et ukrainiens se sont rencontrés à plusieurs reprises, au Canada et en Ukraine. Avant cette première visite cette semaine du Premier ministre Arseni Iatseniouk à Ottawa, le Premier ministre Harper a fait trois visites en Ukraine depuis janvier 2014 pour y rencontrer ses dirigeants. Le président Petro Porochenko a effectué, lui, sa première visite officielle au Canada le 17 septembre 2014.

Le Canada, où auront lieu des élections législatives cet automne, compte 1,200,000 électeurs d’origine ukrainienne.

Entretien au téléphone avec le président Porochenko

Le Premier ministre Stephen Harper s’est aussi entretenu au téléphone avec le Président ukrainien ,Petro Porochenko, afin de réaffirmer le soutien du Canada à l’égard de l’Ukraine à l’occasion de la visite du Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk au Canada.

Les deux dirigeants ont salué la fin des négociations que le Canada et l’Ukraine ont menées en vue de conclure un accord de libre-échange, dit le communiqué du bureau du premier ministre canadien à ce sujet. Ils ont également souligné le besoin de poursuivre les réformes en Ukraine, en plus de discuter de la situation qui prévaut dans l’est de l’Ukraine et de la nécessité de continuer à faire face à l’agression russe.

Le Premier ministre Harper a parlé lors de cet entretien avec le président ukrainien des mesures de soutien mises en place par le Canada à l’intention de l’Ukraine, et notamment de la prestation de programmes de formation et de développement des capacités destinés aux forces de sécurité ukrainiennes.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.