Syrie: encore 11 civils tués dans un bombardement du régime sur Al-Bab, un fief de l’EI

0
Syrie: encore 11 civils tués dans un bombardement du régime sur Al-Bab, un fief de l'EI. (Allitihad)
Syrie: encore 11 civils tués dans un bombardement du régime sur Al-Bab, un fief de l’EI. (Allitihad)

Onze civils, dont trois enfants, ont été tués jeudi dans un bombardement mené par le régime avec des barils d’explosifs contre un fief du groupe djihadiste Etat islamique (EI) dans le nord de la Syrie, selon une ONG.

Les hélicoptères ont lâché ces barils, une arme qui tue aveuglément, sur la ville d’Al-Bab, contrôlée par le groupe extrémiste sunnite, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Depuis samedi, au moins 68 civils ont été tués par des bombardements aériens sur cette localité. En mai, plus de 60 civils avaient déjà péri dans des attaques similaires sur Al-Bab.

Les attaques intensives menées par les troupes du régime sur Al-Bab visent à déjouer les plans de l’EI qui assiège l’aéroport militaire de Kweires depuis plus d’un an, a indiqué à l’AFP le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Al-Bab est une ville stratégique car elle est proche des secteurs tenus par le gouvernement à Alep, a-t-il ajouté.

Nombre de secteurs dans la province d’Alep échappant au régime sont soumis à de violents bombardements aériens.

Plus à l’ouest, une alliance de rebelles et de combattants islamistes a bombardé intensément pour la deuxième journée consécutive deux villages chiites, al-Fouaa et Kafraya, les derniers aux mains du régime dans la province d’Idleb.

Des dizaines d’obus sont tombés la nuit dernière et jeudi matin sur al-Fouaa et Kafraya, a expliqué l’Observatoire, en faisant état de blessés.

L’Armée de la conquête, une alliance de combattants de l’opposition, incluant le Front al-Nosra (branche syrienne d’Al-Qaïda) et le groupe rebelle islamiste Ahrar al-Cham, a débuté mercredi ses attaques contre ces villages. Il s’agit de représailles à l’offensive lancée par l’armée et les combattants du Hezbollah chiite libanais contre Zabadani, dernier bastion de l’opposition à la frontière syro-libanaise.

Selon l’OSDH, les combats faisaient rage jeudi à Zabadani, bombardé depuis début juillet.

Par ailleurs, 17 soldats du régime, dont un officier, ont péri dans des combats contre l’EI près de la cité antique de Palmyre dans le centre du pays, selon l’OSDH. Cette cité est tombée aux mains des jihadistes le 21 mai, mais les forces gouvernementales tentaient ces dernières semaines de la reprendre.

Le général de division Mohsen Makhlouf, commandant de l’unité des blindés de la province centrale de Homs, figure parmi les tués selon cette ONG.

Dans le nord de la Syrie, les forces kurdes appuyées par les bombardements des troupes gouvernementales ont repris aux jihadistes de l’EI une localité près de Hassaké (nord-est) où le groupe avait pris pied le 25 juin, a rapporté l’OSDH.

La ville de Hassaké est partagée entre les forces du régime et les combattants kurdes qui défendent chacun les zones sous leur contrôle.

Au moins 230.000 personnes ont été tuées depuis le début du conflit en Syrie en 2011.

Les commentaires sont fermés.