Syrie: l’armée avance en direction de Palmyre et affronte l’EI

0
Vue en date du 14 mars 2014 de la ville antique de Palmyre en Syrie (Joseph Eid/AFP)
Vue en date du 14 mars 2014 de la ville antique de Palmyre en Syrie (Joseph Eid/AFP)

Les troupes du régime syrien appuyées par l’aviation ont avancé jeudi à quelques kilomètres de Palmyre, livrant combat aux djihadistes du groupe État islamique (EI) à l’extérieur de cette cité antique du centre du pays en guerre, a indiqué une ONG.

Les soldats syriens sont désormais à cinq kilomètres à l’ouest de la ville et des combats violents les opposent aux jdihadistes, a précisé l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

« Les forces du régime peuvent entrer dans la ville à tout moment, elles ne sont pas loin. Le désert sépare leurs positions de la cité », a ajouté le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.

« L’aviation bombarde la ville de manière intense et les habitants prennent la fuite », a-t-il ajouté, sans être en mesure de donner dans l’immédiat un bilan de victimes.

À Damas, une source de sécurité a confirmé la progression de l’armée à quelques kilomètres de Palmyre et la poursuite des combats. « Hier (mercredi), l’armée a pu avancer de manière significative en direction de la ville ».

La cité est tombée aux mains des djihadistes le 21 mai.

Les ruines de Palmyre sont classées au patrimoine mondial de l’Humanité et l’Unesco a condamné les destructions par l’EI d’œuvres d’art de la cité, en particulier de bustes funéraires et de la célèbre statue du Lion d’Athéna.

L’EI avait diffusé une vidéo montrant 25 soldats du régime exécutés par des adolescents dans l’amphithéâtre de la cité antique.

Déclenché par la répression par le régime d’un mouvement de contestation pacifique en mars 2011, le conflit en Syrie opposait à l’origine l’armée aux rebelles syriens, mais il est devenu complexe avec l’implication de nombreux groupes rebelles, des Kurdes et de jihadistes venus principalement de l’étranger.

Plus de 230.000 personnes y ont péri, selon l’OSDH.

Les commentaires sont fermés.