Ultime étape au Canada pour «L’Hermione» avant le retour en France

0
"L'Hermione", a tiré 20 coups de canon à son arrivée samedi à Lunenburg, petite cité portuaire près d'Halifax. (Compte Twitter/Brett Ruskin)
« L’Hermione », a tiré 20 coups de canon à son arrivée samedi à Lunenburg, petite cité portuaire près d’Halifax. (Compte Twitter/Brett Ruskin)

La réplique du trois-mâts de La Fayette, la frégate « L’Hermione », a tiré 20 coups de canon à son arrivée samedi à Lunenburg, petite cité portuaire près d’Halifax, dans l’est du Canada. Plusieurs centaines de personnes étaient présentes pour accueillir le navire.

Cette frégate, symbole de l’amitié franco-américaine, a été accueillie à 10h00 locales (15h00 en Suisse) par plusieurs centaines de personnes, massées sur les quais du petit port de Lunenburg. « C’est la foule des grands jours, tous des amoureux de la voile », s’est réjoui Nicolas Chapuis, ambassadeur de France au Canada.

« Depuis deux siècles et les navires convoyant les immigrants, c’est le plus grand bateau à accoster à Lunenburg », a-t-il indiqué. Un peu plus tôt, une flottille d’une trentaine de bateaux était partie à la rencontre de « L’Hermione » et de ses cinq vaisseaux accompagnateurs.

À l’approche du petit port, les carillons de l’église Saint-John en surplomb des quais ont retenti. Bourgade aux maisons multicolores d’un peu moins de 3000 habitants, Lunenburg est nichée au creux d’une baie des côtes découpées de la Nouvelle-Ecosse.

L’accueil dans ce petit port « est très chaleureux et moins protocolaire » que lors des escales aux États-Unis, a de son côté estimé Brigitte Sol, porte-parole de la flottille accompagnatrice. « Après une légère brume à l’approche au petit matin, les festivités se sont déroulées sous un beau soleil », a-t-elle indiqué à l’AFP.

Long périple

Cette dernière escale de « L’Hermione » en Amérique du Nord est venue rappeler la célèbre bataille de Louisbourg, en 1781, au large de Lunenburg, en pleine guerre d’indépendance des Etats-Unis. « L’Hermione » et « L’Astrée », autre frégate française, avaient attaqué plusieurs bâtiments de la marine britannique qui ont finalement décidé de se rendre.

Cette escale canadienne, et principalement « dans le berceau de l’Acadie, marque une relation très forte avec la France », a encore souligné l’ambassadeur français Nicolas Chapuis.

La frégate, partie de l’Ile d’Aix, dans l’ouest de la France, le 18 avril, était arrivée à Yorktown le 5 juin. Elle avait ensuite remonté la côte est des Etats-Unis, faisant escale à Mount Vernon près de Washington, Annapolis, Baltimore, Philadelphie, hauts lieux de la révolution américaine, avant une arrivée triomphale à New York.

Le jour anniversaire de l’indépendance du pays le 4 juillet 1776, « L’Hermione » avait symboliquement navigué aux abords de la Statue de la Liberté, donnée par la France en 1884. La frégate était ensuite remontée en faisant escale à Newport, Boston et Castine avant de contourner la Nouvelle-Ecosse pour venir accoster à Lunenburg samedi.

À St-Pierre et Miquelon

« L’Hermione » devait hisser les voiles dimanche pour regagner la France. Son arrivée à Saint-Pierre et Miquelon est prévue jeudi, avant de retraverser l’Atlantique direction Brest où la frégate est attendue le 10 août prochain. « L’Hermione » originale avait coulé en 1793 au large du Croisic, en France.

Les commentaires sont fermés.