Yémen: intenses combats dans le Sud, l’émissaire de l’ONU à Sanaa

0
Des miliciens alliés au président en exil Hadi dans le port d'Aden le 22 avril 2015. (Archives/AFP)
Des miliciens alliés au président en exil Hadi dans le port d’Aden le 22 avril 2015. (Archives/AFP)

De violents combats ont opposé dimanche les rebelles Houthis à des forces progouvernementales dans le sud du pays, alors que l’émissaire de l’ONU est arrivé à Sanaa pour relancer son initiative de trêve humanitaire.

A Aden, principale ville du sud, la coalition arabe conduite par l’Arabie saoudite a lancé à l’aube plusieurs raids aériens contre des positions des rebelles, tuant huit d’entre eux, alors que six civils ont péri dans la chute de roquettes tirées par les rebelles contre des quartiers résidentiels de la ville, selon des témoins et un responsable provincial.

A Lahj, des combattants de la Résistance populaire, une force favorable au président en exil Abd Rabbo Mansour Hadi, a mené dimanche à l’aube une attaque contre un rassemblement rebelle, tuant 11 insurgés, ont précisé des sources militaires

Simultanément, un autre groupe de la Résistance a repris deux positions près de la base aérienne d’Al-Anad au terme d’une bataille qui s’est soldée par la mort de 8 insurgés et 2 combattants progouvernementaux, a-t-on ajouté.

L’aviation de la coalition a bombardé dans la nuit des positions que des rebelles chiites houthis et leurs alliés, des militaires restés fidèles à l’ex-président Ali Abdallah Saleh, tiennent aux entrées Nord et Est d’Aden, ont indiqué des habitants.

Pour leur part, les rebelles ont tiré plusieurs roquettes Katioucha contre des quartiers résidentiels d’Aden, dont Mansoura, Bir Fadhl et Al-Inchaat, a indiqué à l’AFP un responsable provincial.

Trois de ces roquettes sont tombées sur un jardin d’enfants, où s’étaient réfugiés des déplacés, tuant six personnes, dont un enfant, et blessant 11 autres, a ajouté le responsable, dont le bilan a été confirmé à l’AFP par une source médicale.

Les victimes sont des réfugiés somaliens, qui avaient trouvé abri dans ce jardin d’enfants, a indiqué une autre source médicale.

Entretemps, l’émissaire de l’ONU, Ismaïl Ould cheikh Ahmed, est arrivé à Sanaa, dans une nouvelle tentative d’obtenir une trêve humanitaire au cours des deux semaines restantes du ramadan, ce qui permettrait d’acheminer de l’aide à la population.

Le diplomate mauritanien, qui s’était déjà entretenu à Ryad avec le président Hadi, a répété dimanche qu’il cherchait à obtenir rapidement une trêve humanitaire, puis parvenir à un règlement pacifique de la crise, qui a tourné à la catastrophe.

Dans une déclaration à l’aéroport de Sanaa, il a ajouté qu’il multipliait les efforts en vue d’un règlement qui soit durable et qui permettra un retour à la table du dialogue de tous les protagonistes de la crise.

L’ONU a décrété mercredi son niveau d’urgence humanitaire le plus élevé pour le Yémen, où les combats avaient déjà fait à la fin du mois de juin 2.800 morts dont 1.400 civils et 13.000 blessés depuis mars, selon l’organisation.

Les Houthis, soutenus par l’Iran, se sont emparés depuis juillet 2014 de vastes régions du Yémen. Le 26 mars, l’Arabie saoudite a pris la tête d’une coalition arabe pour empêcher ces insurgés de prendre le contrôle de tout le pays alors qu’ils étaient parvenus à Aden, poussant M. Hadi, qui s’y était réfugié, à s’exiler à Ryad.

Les commentaires sont fermés.