Décès du jeune Gabriel Comeau: des questions soulevées enflamment les réseaux sociaux

0
Gabriel Comeau était cadet de l'Air et participait au camp d'été à la base militaire de Greenwood. (Facebook)
Gabriel Comeau était cadet de l’Air et participait au camp d’été à la base militaire de Greenwood. (Facebook)

Depuis que le jeune cadet Gabriel Comeau est décédé sur la base de Greenwood, au Nouveau-Brunswick, lors d’un camp d’été des cadets, le 4 août dernier, les questions sont nombreuses sur les circonstances entourant sa mort et enflamment les réseaux sociaux.

Plusieurs témoignages de cadets présents viennent en effet contredire les affirmations du commandant du camp à l’effet que le cadet de 13 ans était en «jour de repos».

Selon plusieurs d’entre eux, Gabriel Comeau était sur le camp et participait aux activités quotidiennes, lorsqu’après avoir mangé son repas du midi, il s’est senti mal et on l’aurait alors envoyé se reposer dans les dortoirs, sans surveillance. Peu de temps après, il s’effondrait et décédait vers 15h mardi 4 août à l’hôpital régional de Kentville, après qu’un cadet-cadre ait appelé le 911.

Pour l’instant, personne n’a confirmé ces informations qui circulent sur les réseaux sociaux, mais le frère de Gabriel Comeau, Nathaniel, a remercié sur Facebook les internautes de se questionner sur la mort de son jeune frère.

Toujours sur Facebook, le grand-père, peu avant le décès de Gabriel, avait demandé à ses amis de prier pour lui, révélant que son petit-fils avait eu une «réaction allergique sévère» suivi d’un «arrêt cardiaque».

Si tous les cadets ont l’obligation de fournir à leur arrivée leurs conditions médicales aux infirmiers et infirmières du camp, certains peuvent décider de cacher cette information ou bien ne sont tout simplement pas au courant d’être allergique à quelque chose. De plus, il n’y a aucune obligation dans les camps des cadets d’indiquer les aliments pouvant provoquer des allergies, tels que ceux contenant des «traces de noix et d’arachides». Plusieurs cadets s’interrogent justement sur le manque de transparence dans la provenance et le contenu des plats servis aux cadets.

De plus, certaines questions concernant la formation du personnel pour des cas de crises ont été soulevées. Quelques cadets ont cependant affirmé anonymement à 45eNord.ca qu’une formation en secourisme est obligatoire pour les cadets cadres, et cette formation est censée permettre d’identifier si un cadet fait une réaction allergique ou non.

Un porte-parole du camp des cadets de Greenwood a affirmé à 45eNord.ca que Gabriel était bien en «jour de repos», mais qu’il avait participé le matin à des «activités récréatives» non liées aux différents cours. Il nous a également affirmé qu’à Greenwood il y a «certains affichages (comme «contient des arachides» ou «contient des crustacés»)», mais que c’est au final au cadet de demander des précisions au personnel de la cuisine.

Le Service national des enquêtes des Forces canadiennes est sur l’affaire et on devrait en savoir davantage lorsque les conclusions seront communiquées.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.