Exilé en Russie, l’ex-Premier ministre ukrainien créé un «comité pour sauver l’Ukraine»

0
L'ancien Premier ministre ukrainien Mykola Azarov, au parlement ukrainien, le 19 avril 2013 à Kiev. (AFP/Archives/Genya Savilov)
L’ancien Premier ministre ukrainien Mykola Azarov, au parlement ukrainien, le 19 avril 2013 à Kiev. (AFP/Archives/Genya Savilov)

L’ancien Premier ministre ukrainien Mykola Azarov, dont le gouvernement a été renversé en février 2014 et depuis réfugié en Russie, a annoncé lundi à Moscou la création d’un « comité pour sauver l’Ukraine » destiné à chasser du pouvoir les autorités pro-occidentales de Kiev.

Premier ministre de l’ex-président ukrainien Viktor Ianoukovitch destitué après plusieurs mois de contestation pro-européenne sur le Maïdan à Kiev, Mykola Azrov a présenté aux journalistes les projets de ce comité qu’il préside, en présence notamment des anciens députés ukrainiens Volodymyr Oliïnyk et Igor Markov.

« Près de 80% des Ukrainiens ne font pas confiance aux autorités actuelles. Nous leur proposons une alternative », a assuré M. Azarov, disant avoir le soutien de « responsables politiques de différentes régions d’Ukraine » mais refusant de citer leurs noms.

L’ancien Premier ministre a appelé ses concitoyens à manifester pacifiquement pour exiger le départ des autorités ukrainiennes et la tenue d’élections présidentielle, législatives et locales anticipées.

« Le comité est malheureusement créé à l’extérieur de l’Ukraine, mais je suis sûr que nous serons de retour. Nous sommes prêts à assumer la responsabilité de la restauration et le développement du pays », a poursuivi M. Azarov.

Le comité a en outre présenté l’ancien député Volodymyr Oliïnyk comme son candidat éventuel en cas de présidentielle en Ukraine, appelant à restaurer les liens d’amitié entre Kiev et Moscou.

« Il y a un an, l’Ukraine a fait une erreur. Nous devons la corriger et pour cela, l’Ukraine a besoin de la paix », a déclaré M. Oliïnyk, promettant de « mettre fin au chaos en Ukraine en un an » en menant des négociations de paix directes avec les séparatistes prorusses de l’Est et en soumettant à référendum la fédéralisation du pays.

M. Azarov fait l’objet d’un mandat d’arrêt en Ukraine et est accusé avec l’ex-président Viktor Ianoukovitch d’avoir détourné plus de 7,6 millions d’euros. Il figure également sur la liste des personnes sanctionnées par l’Union européenne.

Le comité a néanmoins assuré ne pas collaborer avec Viktor Ianoukovitch et ses proches et demandé à ce que l’ancien président soit jugé pour ses actes aux côtés du président ukrainien actuel Petro Porochenko.

Le Kremlin a de son côté démenti avoir quelconque lien avec la création de ce comité.

Les commentaires sont fermés.