Explosion de violence à la frontière entre la Grèce et la Macédoine

0
Des migrants à l'assaut des trains en Macédoine le 7 août 2015. (Dimitar Dilkoff/AFP)
Des migrants à l’assaut des trains en Macédoine le 7 août 2015. (Dimitar Dilkoff/AFP)

La violence a explosé vendredi à la frontière entre la Grèce et la Macédoine, quand la police macédonienne a utilisé des grenades de surpression pour disperser quelque 3000 migrants qui se retrouvent soudainement coincés entre les deux pays.

La Macédoine a déclaré jeudi un état d’urgence le long de sa frontière, en réponse à l’afflux de réfugiés qui traversent son territoire pour tenter de rejoindre l’Union européenne.

Les migrants qui ont passé la nuit à la belle étoile ont tenté vendredi à plusieurs reprises d’attaquer la police macédonienne, après que la frontière ait été fermée la veille. Au moins huit personnes ont été blessées, d’après la police grecque.

Un jeune saignait après avoir été apparemment atteint par un éclat de métal provenant des grenades, qui ont été tirées presque directement dans la foule.

Des policiers appuyés par des blindés ont aussi déroulé des barbelés à lames sur les rails que les migrants suivent pour traverser à pied, de la Grèce vers la Macédoine.

Plus de 160 000 migrants sont arrivés en Grèce depuis le début de l’année. La vaste majorité d’entre eux se dirigent vers le nord, vers la Macédoine, où ils s’entassent à bord de trains pour traverser la Hongrie et la Serbie, dans l’espoir de rejoindre des pays européens plus prospères comme l’Allemagne et les Pays-Bas, ou encore la Scandinavie.

Un porte-parole de la police macédonienne a promis que les policiers et les soldats contrôleront la frontière de 50 kilomètres entre les deux pays, pour empêcher un afflux de réfugiés qui arrivent de la Grèce.

La fermeture d’une frontière qui était jusqu’à présent poreuse vient sceller le corridor des Balkans qu’empruntent des milliers de réfugiés qui, pour la plupart, sont partis de Turquie.

La Garde côtière grecque dit avoir secouru 620 migrants lors de 15 opérations entre jeudi et vendredi matin, près des îles de Lesbos, Samos, Leros, Megisti, Agathonissi, Farmakonissi et Kos, dans la mer Égée.

Ce bilan n’inclut pas les centaines de personnes qui réussissent à rejoindre les côtes de la Grèce après être parties de Turquie.

Les commentaires sont fermés.