Fin de la prise d’otages au Mali: 12 morts

Deux casques bleus de l'ONU montent la garde devant un hôtel de Bamako, au Mali. (Archives/Haribou Kouyate/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Deux casques bleus de l'ONU montent la garde devant un hôtel de Bamako, au Mali. (Archives/Haribou Kouyate/AFP)
Deux casques bleus de l’ONU montent la garde devant un hôtel de Bamako, au Mali. (Archives/Haribou Kouyate/AFP)

Douze personnes, dont cinq militaires maliens, ont été tuées lors de la prise d’otages dans un hôtel de Sévaré, dans le centre du Mali, selon un nouveau bilan communiqué samedi à l’AFP par des responsables de l’armée malienne.
—-
Mise à jour au 08/08/2015 à 15h23

Alors que les sources militaires maliennes évoquent douze tués (cinq militaires, cinq assaillants et deux Blancs), sans plus de détails, la Minusma qui avait avait parlé plus tôt d’un employé contractuel mort lors de l’attaque, annonce maintenant 5 morts parmi ses contractuels, 1 Malien et 4 étrangers

Ce sont cinq employés travaillant pour des compagnies sous-traitantes de la Mission de l’ONU au Mali (Minusma) – un Malien, un Népalais, un Sud-Africain et deux Ukrainiens.

—-

«Il y a eu 12 morts au total» durant les opérations liées à l’attaque de l’hôtel Byblos par un commando armé, qui a retenu plusieurs personnes, a affirmé un des responsables.

Les douze tués sont «cinq FAMA [membres des Forces armées maliennes], cinq terroristes et deux Blancs» dont les identités et nationalités étaient en cours de vérification, a-t-il indiqué.

Selon lui, parmi «ces deux Blancs, il y en a un dont le corps est resté longtemps devant l’hôtel, il y était visible depuis vendredi matin».

Une deuxième source militaire jointe dans la région de Mopti, couvrant Sévaré, a fait état à l’AFP de 12 morts, en déclinant tout détail. Un porte-parole de l’armée malienne, sollicité sur le bilan a simplement répondu: «Affirmatif, douze morts».

Une source au ministère malien de la Défense a de son côté soutenu que pour ce qui concerne les militaires maliens, «le bilan des morts n’a pas changé depuis ce qui a été dit hier [vendredi]», soit cinq décès.

Vendredi soir, le gouvernement malien avait annoncé un «bilan provisoire» comprenant «cinq morts, deux blessés» du côté des forces armées maliennes (FAMA) et «deux tués» dans le camp des assaillants ainsi que l’arrestation de sept suspects, sans plus de détails.

Auparavant, une des sources militaires maliennes avait parlé à l’AFP de huit morts: trois militaires, deux «terroristes» et trois «corps visibles devant l’hôtel à côté d’un minibus calciné», dont celui d’un homme à la peau blanche.

La Mission de l’ONU au Mali (MINUSMA) avait fait part de la mort dans l’attaque d’«un membre du personnel international associé de la MINUSMA».

Les assaillants, non identifiés de source officielle, avaient fait irruption vendredi vers 7 h (3 h, heure de l’Est) à l’hôtel Byblos de Sévaré, où séjournent régulièrement des expatriés, selon le gouvernement malien et des sources militaires.

D’après des sources militaires maliennes interrogées par l’AFP vendredi, au moins cinq étrangers – trois Sud-Africains, un Français et un Ukrainien – y étaient enregistrés avant l’assaut.

Une source diplomatique russe au Mali avait indiqué qu’un Russe employé d’une compagnie aérienne s’y trouvait également. De source militaire malienne, un Ukrainien avait pu s’échapper vendredi de l’hôtel et fait état de la présence avec lui à l’hôtel, avant l’attaque, de «trois Sud-Africains, un Russe comme expatriés».