Heurts devant le Parlement à Kiev: 90 membres des forces de l’ordre blessés

0

150831-ukraine-kiev-parlementAu moins 90 membres des forces de l’ordre ont été blessés lundi dans les heurts devant le Parlement ukrainien à Kiev, a indiqué le ministre de l’Intérieur Arsen Avakov qui a accusé les membres du parti d’extrême droite Sboboda d’avoir provoqué la police.

Une dizaine de personnes ont été blessées par une explosion devant le parlement à Kiev lors de heurts entre policiers et manifestants qui protestaient contre l’adoption d’un projet de loi controversé donnant davantage d’autonomie à l’Est prorusse.

Plusieurs personnes ensanglantées, dont des policiers et selon toute vraisemblance des journalistes, étaient allongées à même le sol devant le parlement, a rapporté un journaliste de l’AFP, après avoir entendu une forte explosion.

Des heurts avaient éclaté peu avant entre forces de l’ordre et manifestants, à la suite de l’adoption par le Parlement d’une réforme donnant plus d’autonomie à l’Est séparatiste en proie à la guerre.

Un total de 265 députés, contre un minimum requis de 226, ont voté en faveur de cette décision lors d’une séance houleuse, pendant laquelle des députés opposés à ce projet qu’ils considèrent « anti-ukrainien » et « pro-Poutine » ont bloqué l’accès à la tribune parlementaire et scandé « Honte! ».

À la sortie du parlement, des manifestants ont lancé des grenades fumigènes propageant des nuages de fumées noire et blanche devant le parlement, et du gaz lacrymogène a été utilisé par les deux camps, selon le journaliste de l’AFP.

En début de matinée, plusieurs centaines de militants du parti nationaliste Svoboda s’étaient rassemblés pour manifester contre cette réforme, alors que le mouvement d’extrême droite Pravy Sektor a déclaré avoir bloqué la circulation dans la rue devant l’assemblée monocamérale.

L’adoption de ce projet de réforme avait été exigée par les alliés occidentaux de l’Ukraine qui y voient un moyen d’apaiser le conflit armé ayant fait plus de 6800 en seize mois.

Beaucoup en Ukraine ont toutefois dénoncé cette réforme comme une tentative de légaliser de facto le contrôle par les rebelles d’une partie de l’est industriel du pays.

Les commentaires sont fermés.