Iran: le directeur de l’AIEA ne rassure pas les parlementaires américains

0
Le Directeur général de l’Agence internationale à l’énergie atomique (AIEA), Yukiya Amano (Dean Calma/AFP)
Le Directeur général de l’Agence internationale à l’énergie atomique (AIEA), Yukiya Amano (Archives/Dean Calma/AFP)

Les parlementaires américains sont ressortis « moins rassurés » à propos de l’accord sur le nucléaire iranien qu’avant une réunion avec l’Agence internationale de l’énergie atomique, a indiqué mercredi le sénateur républicain et président de la commission des Affaires étrangères Bob Corker.

« La majorité des membres ici sont partis avec bien plus de questions qu’ils n’en avaient avant que la rencontre ne se tienne », a expliqué Bob Corker à des journalistes à l’issue d’une réunion de plus d’une heure avec Yukiya Amano, le directeur de l’AIEA, agence qui supervisera les activités nucléaires iraniennes.

« Je peux dire de mon point de vue que je l’ai quittée bien moins rassuré », a-t-il ajouté.

Yukiya Amano s’est rendu au Congrès, dominé par les adversaires républicains de Barack Obama, dans le but de les rassurer sur le texte de l’accord historique arraché mi-juillet sur le nucléaire iranien et sur lequel les parlementaires américains doivent se prononcer en septembre.

« On n’arrive même pas à avoir confirmation que nous aurons un accès physique (au site de) Parchin », où des parlementaires suspectent l’Iran d’avoir travaillé au développement de l’arme atomique par le passé, a déploré Bob Corker

Le directeur de l’AIEA devait notamment évoquer deux arrangements parallèles conclus entre l’AIEA et Téhéran, en plus de l’accord trouvé avec les grandes puissances.

« La question numéro 1 était de savoir si nous aurions accès à ces deux arrangements et la réponse a été +non+ », a également regretté le sénateur républicain David Perdue.

Wendy Sherman, directrice politique et numéro 3 du département d’Etat, qui a lu ces textes, en donnait mercredi des détails lors d’un briefing classé aux sénateurs, à huis clos.

Ces éléments ne « produisent pas le moindre réconfort » concernant la sécurité, a fustigé le sénateur et candidat républicain à la Maison Blanche Ted Cruz, qui y a brièvement assisté.

« Cet accord n’est pas foncièrement différent du fait de simplement appeler le guide suprême iranien, lui demander si (l’Iran) développe l’arme atomique, et prendre sa réponse si elle est négative pour argent comptant », a-t-il lancé à des journalistes.

M. Amano a reconnu la frustration des parlementaires, mais jugé que son « obligation légale est de protéger la confidentialité » de certains éléments.

Si le Congrès américain donnait son feu vert à l’accord, « les activités nucléaires de l’Iran seraient réduites et nous aurons le plus robuste processus de vérification en Iran », a-t-il ajouté.

La réunion de l’AIEA était « utile », a convenu le sénateur démocrate Ben Cardin, « mais elle ne doit pas se substituer à la consultation des documents ».

Les commentaires sont fermés.