Le cadet Gabriel Comeau est décédé d’une crise d’asthme «soudaine» et «sévère»

0
Gabriel Comeau était cadet de l'Air et participait au camp d'été à la base militaire de Greenwood. (Facebook)
Gabriel Comeau était cadet de l’Air et participait au camp d’été à la base militaire de Greenwood. (Facebook)

Dans une déclaration de la famille relayée par les Forces armées canadiennes, celle-ci indique que «Gabe a eu une crise d’asthme soudaine et [sévère], sans symptôme annonciateur [et que]cette crise aurait pu arriver n’importe où».

La famille estime que cela a été une chance que l’incident se soit produit «dans un centre d’entraînement des cadets puisque Gabe a reçu des soins médicaux immédiats de la plus haute qualité. Les responsables ont fait plus que leur possible pour tenter de sauver notre fils».

En réponse à une demande de 45eNord.ca, la Défense nationale a précisé que «dès que le cadet Comeau s’est senti mal, on lui a administré les premiers soins, et les services d’urgence ont été contactés par un appel au 911».

«Quelques minutes plus tard», les services d’urgence sont arrivés sur les lieux, et le cadet a été transporté à la clinique près de la 14e Escadre Greenwood, située en face du centre d’instruction, «où le personnel sur place, dont un médecin, a continué de lui prodiguer des soins jusqu’à ce qu’il soit transporté au Valley Regional Hospital de Kentville (N.-É.), où son décès a plus tard été constaté».

À noter qu’une crise d’asthme n’exclut pas un problème d’allergies comme évoqué par plusieurs cadets et par le grand-père de Gabriel Comeau, puisqu’il y a toujours un «déclencheur» et que cela peut-être une réaction allergique.

Le ministère refuse cependant de dévoiler en détails quels ont été les premiers soins reçus par le cadet car ils sont «protégés en vertu des dispositions de la Loi sur la protection des renseignements personnels; par conséquent, ils ne seront pas communiqués». À l’heure d’écrire ces lignes, nous attendons une réponse sur le type de premiers soins donnés dans ce genre de cas.

Si plusieurs s’interrogent encore sur la participation au camp du jeune garçon malgré une condition médicale préexistante, le ministère de la Défense nationale affirme au contraire que le Programme des cadets «s’efforce dans la mesure du possible d’accueillir tous les jeunes canadiens, y compris ceux souffrant d’affections préexistantes».

Comme nous l’avions précédemment indiqué, chaque cadet est tenu de se soumettre à un test médical avant de rentrer dans le programme et est réexaminé chaque année. Lors d’un entretien téléphonique avec 45eNord.ca, le capitaine Liam Mather, porte-parole de l’Unité régionale de soutien aux cadets (Atlantique) a précisé que par défaut, le Programme des cadets «accepte tout le monde», y compris avec des conditions médicales, mais qu’une évaluation au cas par cas est faite».

La famille de Gabriel estime que «Gabriel n’aurait jamais voulu qu’on utilise cet incident pour exclure les jeunes ayant des problèmes de santé préexistants des organisations comme les cadets et les centres d’entraînement des cadets et des activités offertes par ces organisations».

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.