Le chef de la Nasa veut arrêter de «faire du stop spatial avec les Russes»

0
Le vaisseau spatial russe Soyouz (NASA)
Le vaisseau spatial russe Soyouz (NASA)

Le patron de l’agence spatiale américaine Nasa a plaidé vendredi dans une lettre ouverte adressée au Congrès pour une hausse des financements afin de permettre aux États-Unis de pouvoir envoyer des hommes dans l’espace sans dépendre des lanceurs russes.

« Ne nous forcez pas à faire du stop spatial avec la Russie. Bien à vous, Nasa », a écrit Charles Bolden dans sa lettre ouverte aux parlementaires américains, estimant que les États-Unis financent Moscou au lieu d’investir dans sa propre industrie aérospatiale.

« Chaque dollar que nous investissons à Moscou est un dollar que nous n’investissons pas dans les entreprises américaines » du secteur, a poursuivi M. Bolden, un ancien astronaute et actuel administrateur de la Nasa.

Les États-Unis ont mis fin au programme de navettes spatiales en 2011, et le secteur privé –avec l’aide de fonds de la Nasa– s’emploie à construire des engins spatiaux pour transporter des astronautes vers la Station spatiale internationale (ISS) d’ici 2017.

« Depuis 2010, le président (Barack Obama, ndlr) a reçu environ un milliard de dollars de moins que ce qu’il avait demandé (au Congrès, ndlr) pour le programme commercial avec équipages de la Nasa », a souligné M. Bolden.

« Dans le même temps, nous avons envoyé un milliard de dollars vers la Russie », a-t-il affirmé.

Faute d’engin américain pour envoyer des humains dans l’espace, le monde entier dépend des capsules Soyouz de la Russie.

Selon M. Bolden, cela coûte environ 81 millions de dollars par siège d’envoyer un Américain vers l’ISS avec Soyouz, mais cela coûterait 58 millions avec les engins développés par Boeing et SpaceX lorsqu’ils seront certifiés.

La Nasa, a-t-il déploré, « a fait un chèque de 490 millions de dollars » récemment aux Russes pour envoyer ses astronautes dans l’espace. « Ca ne devrait pas se passer comme ça », a-t-il estimé, appelant le Congrès à investir dans le programme commercial américain.

Les commentaires sont fermés.