Le général Vance signe l’ordre d’opération pour lutter contre les inconduites sexuelles

0
Le général Vance lance l'opération HONNEUR et crée un Centre d'Intervention sur l'inconduite sexuelle. (MDN)
Le général Vance lance l’opération HONNEUR et crée un Centre d’Intervention sur l’inconduite sexuelle. (MDN)

Comme il l’avait indiqué peu après avoir pris les commandes des Forces armées canadiennes, mi-juillet, le général Jonathan Vance a signé récemment l’ordre d’opération lancant officiellement l’Opération HONNEUR, afin de lutter contre les inconduites sexuelles au sein des Forces.

Plus tôt cette année, l’ancienne juge de la Cour suprême Marie Deschamps, responsable d’un examen externe, a présenté un rapport sur l’inconduite sexuelle dans les Forces armées canadiennes. Ce rapport, accablant, a révélé l’existence d’une culture sexualisée sous-jacente au sein des Forces qui, si elle n’est pas abolie, «pourrait mener à encore plus d’incidents graves de harcèlement sexuel et d’agression sexuelle».

Mission: éliminer les comportements sexuels dommageables et inappropriés

L’intention du général Vance est donc d’éliminer les comportements sexuels dommageables et inappropriés au sein des Forces armées canadiennes en prenant appui sur l’ensemble de la chaîne de commandement.

Véritable contraste avec les propos de son prédécesseur, le général Tom Lawson, Jonathan Vance estime que «toute forme de comportement sexuel dommageable et inapproprié constitue une menace pour le moral et la disponibilité opérationnelle des FAC, érode le bon ordre et la discipline, va à l’encontre des valeurs rattachées à la profession des armes et aux principes d’éthique du ministère de la Défense nationale (MDN) et des FAC, et constitue une transgression», insistant sur la responsabilité des commandants et qu’il ne permettra aucun «comportements sexuels dommageable et inappropriés au sein de notre organisation».

Le chef d’état-major de la défense demande donc que cesse:

  • les actions perpétuant les stéréotypes et les préjugés qui déprécient des militaires en raison de leur sexe, de leur sexualité ou de leur orientation sexuelle;
  • le langage ou les blagues inacceptables;
  • l’accès à du matériel de nature sexuelle ainsi que la distribution ou la publication de tel matériel en milieu de travail;
  • les remarques offensantes à caractère sexuel;
  • l’exploitation des relations de pouvoir aux fins d’activités sexuelles;
  • les demandes de nature sexuelle inopportunes ou la violence verbale de nature sexuelle;
  • la publication d’images intimes d’une personne sans son consentement, le voyeurisme, les actions indécentes, les contacts sexuels, l’exploitation sexuelle et les agressions sexuelles.

Tous les membres des FAC ont le devoir de signaler à l’autorité responsable toute infraction aux lois, règlements, règles, ordres et instructions s’appliquant aux militaires. De plus, quand une plainte est déposée ou lorsqu’il existe d’autres raisons de croire qu’une infraction d’ordre militaire a été commise, une enquête doit être menée dès que possible.

Lors de la phase 1 de l’opération, qui doit s’achever au plus tard le 30 septembre 2015, le vice-chef d’état-major sera en charge d’établir une stratégie globale et un plan d’action connexe pour se pencher sur les autres recommandations qui figurent dans le rapport Deschamps et prendra les mesures nécessaires pour élaborer le mandat, la gouvernance et le modèle opérationnel du Centre d’intervention sur l’inconduite sexuelle (intérimaire).

150818-carte-soldat-agression-sexuelle

La phase 2, dont les résultats devront être communiqués au général Vance avant le 1er juillet 2016, verra le Centre d’intervention sur l’inconduite sexuelle (intérimaire) commencer ses activités.

Comme recommandé par Marie Deschamps dans son rapport, le CIIS intérimaire sera dirigé par un cadre supérieur civil, avec l’appui d’un conseiller militaire possédant le grade de colonel et d’autres employés civils. Les Forces s’attendent à ce que sa capacité opérationnelle initiale soit atteinte dès le 15 septembre.

Des conseillers fourniront un soutien initial aux membres des Forces armées canadiennes par téléphone ou par courriel. «Outre une écoute empathique, un soutien émotionnel et une aide sous forme de renseignements ou d’orientation vers les ressources et les mécanismes de plainte existants, la coordination d’un soutien continu avec des fournisseurs de services internes et externes sera aussi offerte», précise l’ordre d’opération du général Vance.

Pour communiquer avec le Centre, il faudra composer le 1-844-750-1648, à compter du 15 septembre, entre 7h et 17h du lundi au vendredi. Les heures d’appels pourront être augmentées plus tard.

Les prédateurs et les intimidateurs dont les agissements nuisent à l’amélioration et au bien-être de tout membre de nos rangs ne sont utiles ni dans nos opérations, ni en garnison, et ils ne sont pas les bienvenus au sein des FAC.
Général Jonathan Vance, chef d’état-major de la Défense

Les commandants devront, quant à eux, veiller à ce que des mesures décisives soient «promptement prises» en réaction à tout comportement sexuel dommageable et inapproprié, en accord avec toutes les lois et les politiques applicables.

Lors de la phase 3, les Forces armées canadiennes publieront des politiques révisées et donneront de l’instruction spécialement conçue pour cette mission aux dirigeants de l’organisation. Le Centre d’intervention sur l’inconduite sexuelle atteindra durant cette phase sa capacité opérationnelle totale.

Finalement, la phase 4, qui n’a pas de fin, sera de «maintenir et stabiliser» les acquis précédents.

Le général Jonathan Vance prévient qu’en ayant «demandé aux FAC de prêter davantage attention à cette problématique» cela entraînera «probablement» une augmentation soudaine des signalements de comportements sexuels dommageable et inappropriés, car «les victimes qui ont par le passé souffert en silence sauront maintenant qu’elles peuvent se faire entendre».

Le grand nettoyage a commencé!

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.