Le mandat de l’Ombudsman des vétérans renouvelé pour trois autres années

0
L'ombudsman des vétérans, Guy Parent, a déposé le 4 novembre le rapport 2013-2014 de son Bureau (BOV)
L’ombudsman des vétérans, Guy Parent, a vu son mandat prolongé de trois autres années. (BOV)

Peu avant le déclenchement de la campagne électorale, le gouvernement de Stephen Harper a discrètement renouvelé le mandat de l’ombudsman des vétérans par un ordre du cabinet daté du 28 juillet.

Le défenseurs des vétérans canadiens avait été choisi en 2010 pour remplacer le très critique colonel à la retraite Pat Stogran, et avait alors obtenu un mandat de cinq ans, qui devait prendre fin en novembre, sans possibilité de renouvellement.

Un porte-parole du ministre des Anciens Combattants Erin O’Toole a soutenu qu’il était dans le meilleur intérêt des vétérans de reconduire M. Parent dans ses fonctions.

«Tant l’ombudsman que le TACRA travaillent pour les vétérans», a dit Martin Magnan. «Remettre la désignation de l’ombudsman jusqu’à moins d’un mois avant l’échéance de son mandat n’aurait rendu service ni à l’ombudsman ni aux vétérans pour lesquels il travaille.»

la nouvelle nomination, bien que plus courte, est en fait un retour vers le mandat habituel de trois ans de l’ombudsman et lui donnera le temps de terminer des réformes additionnelles en vertu de la nouvelle charte des vétérans.

Dans un bilan de ces cinq premières années publié quelques jours avant le renouvellement de son mandat, Guy Parent écrivait: «Après avoir pris ma retraite des Forces canadiennes en 2001, je voulais continuer de donner à ceux et à celles avec qui j’avais servi le pays. Par conséquent, j’ai saisi l’opportunité d’aider à traiter la question de l’équité à l’égard des militaires d’aujourd’hui lorsqu’elle s’est présentée».

Si Guy Parent estime que de nombreux progrès ont été accomplis ces dernières années, il met en garde toutefois que «cela ne veut pas dire que rien n’est plus à faire». Pour l’ombudsman des vétérans, l’écart entre les programmes des vétérans et les besoins des vétérans a été «réduit, mais il n’a pas été comblé». «Aider les vétérans ne doit pas être vu comme une activité ponctuelle où, tous les cinq ans ou à peu près, le système est modifié par quelques changements supplémentaires, écrit encore M. Parent. Nous devons apporter du soutien aux vétérans de façon dynamique en nous aidant d’évaluation périodique des programmes et des services existants et de l’évaluation fréquente des besoins en évolution des vétérans et de leur famille».

Il conclut en regardant vers l’avenir: «Les prochains secteurs qui requièrent de l’attention sont à mon avis la compensation non financière de la douleur et des souffrances, la transition de la vie militaire à la vie civile et la prestation des services selon une démarche centrée sur le vétéran».

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.