Le président polonais veut augmenter «progressivement» la présence de l’Otan en Europe centrale

0
Les soldats canadiens ont commencé s'entraîner avec l'Armée polonaise au cours de l'exercice LANCER STRIKE à Tomaszow Maz en Pologne (Armée canadienne)
Des soldats canadiens alors qu’ils s’entraînaient en juin 2015 avec l’Armée polonaise au cours de l’exercice LANCER STRIKE à Tomaszow Maz en Pologne, un exercice qui visait à améliorer l’interopérabilité entre les forces canadiennes et ses partenaires de l’OTAN. (Armée canadienne)

Le nouveau président polonais, Andrzej Duda, a estimé mercredi que la présence de bases abritant du matériel et des unités de l’Otan en Europe centrale et de l’Est devrait augmenter « progressivement », « en rapport avec l’élargissement de l’Alliance ».

« Durant 40 ans, l’Otan a développé sa présence en Europe de l’Ouest, des bases et des unités y furent créées. Aujourd’hui, l’Alliance est plus large, nous sommes dedans. Il faut poursuivre le processus, en rapport avec celui de l’élargissement », a expliqué M. Duda, lors d’une interview à la télévision publique TVP Info.

Ce sont « des objectifs qu’on peut atteindre progressivement », a ajouté le président conservateur, deux jours avant une visite à Berlin, qui reste réticent à l’installation de bases permanentes de l’Otan dans les pays ayant quitté l’orbite de Moscou.

Le président polonais a affirmé la volonté de la Pologne de rester « solidaire » au sein de l’Union européenne (UE) face à la crise migratoire, tout en demandant que l’UE soit également solidaire à son égard.

La Pologne, qui n’a pas connu jusqu’à présent de flux de migrants, risque cependant de devenir un pays de destination pour les Ukrainiens « s’il y a une escalade des combats » chez son voisin, a-t-il expliqué.

Varsovie a récemment accepté d’accueillir 2.000 réfugiés pour soulager l’Italie et la Grèce, mais ne partage pas les vues allemandes sur la nécessité de repartir les migrants entre les membres de l’UE en fonction de leur population et de leur niveau de richesse.

Le chef de l’État polonais a annoncé de prochaines rencontres de ses collaborateurs avec les responsables à Kiev pour discuter de son idée d’élargir à d’autres participants les pourparlers sur la solution à la crise en Ukraine.

Interrogé lundi sur cette proposition polonaise lors de son récent passage à Berlin, le président ukrainien Petro Porochenko avait estimé que la formule actuelle réunissant l’Allemagne, la France, la Russie et l’Ukraine avait fait ses preuves et n’avait nullement besoin d’être modifiée.

Les commentaires sont fermés.