L’otage décédée Kayla Mueller a été violée par le chef de l’EI, selon la famille de l’Américaine

0
Une déclaration qui est apparu sur un site militant a affirmé que Mueller a été tué dans une frappe aérienne jordanienne vendredi 6 février 2015, à la périphérie de la ville syrienne de Raqqa.
Enlevée à Alep, dans le nord de la Syrie, en août 2013, Kayla Mueller, jeune humanitaire, est morte début février.

Les parents de l’Américaine Kayla Mueller, morte début février alors qu’elle était aux mains du groupe État islamique (EI), ont affirmé vendredi à la chaîne ABC avoir été informés par leur gouvernement que leur fille avait été violée par le chef du groupe djihadiste.

Photo non datée de Kayla Mueller, courtoisie de la famille.
Enlevée à Alep, dans le nord de la Syrie, en août 2013, Kayla Mueller, jeune humanitaire, est morte début février. Le groupe EI a affirmé qu’elle était décédée lors de bombardements menés par des avions de la coalition internationale. Washington a contesté ces informations sans détailler les circonstances de sa mort.

La chaîne américaine ABC News a rapporté vendredi, citant des responsables du contre-terrorisme, que la jeune femme avait été violée à plusieurs reprises par le chef de l’EI Abou Bakr al-Baghdadi. Des informations confirmées par les parents de Kayla Mueller, qui aurait eu 27 ans vendredi.

« On nous a dit que Kayla a été torturée, qu’elle était la propriété de Baghdadi. Le gouvernement nous a dit cela en juin », ont déclaré Carl et Marsha Mueller.

Les faits se seraient produits dans une villa où se trouvait Abou Sayyaf, un des chefs de l’EI tué dans un raid de la coalition antijihadistes à la mi-mai.

Capture d’écran d’une vidéo de propagande du chef de l’État islamique (EI), Abou Bakr Al-Baghdadi, (Calife Ibrahim), qui aurait violé la jeune otage américaine (Archives/45eNord.ca)
La police fédérale américaine (FBI) a par ailleurs informé les proches de Kayla Mueller que la jeune femme avait été torturée dès le début de ses 18 mois de captivité, selon ABC News. « Cela met fin à toutes les rumeurs propagées par des responsables selon lesquels elle aurait coopéré » avec le groupe extrémiste, affirme la chaîne.

Le sénateur John McCain, originaire de l’Arizona (sud-ouest) comme la famille Mueller, a demandé vendredi au gouvernement Obama pourquoi Umm Sayyaf, la veuve d’Abou Sayyaf, n’était pas extradée aux États-Unis pour y être jugée.

Capturée lors du raid ayant coûté la vie à son mari, Umm Sayyaf a été remise début août aux autorités irakiennes. Ce sont entre autres les interrogatoires d’Umm Sayyaf et les témoignages de deux adolescentes yazidies détenues dans la villa d’Abou Sayyaf qui ont permis de connaître les abus dont l’otage américaine a été victime durant sa détention, selon ABC News.

Le groupe EI qui sème la terreur en Irak et en Syrie où il a proclamé un califat sur les territoires qu’il contrôle a exécuté plusieurs otages occidentaux depuis l’été 2014, dont les Américains James Foley, Steven Sotloff et Peter Kassig.

Les commentaires sont fermés.