Opération NANOOK 15: un reflet des politiques canadiennes

0
L’adjudant-maître Carl Pelletier du 35e Quartier général de brigade du Groupe-compagnie d’intervention dans l’Arctique demande de l’aide médicale pendant une simulation d’évacuation de blessés à Resolute Bay, au Nunavut, le 5 août 2013, dans le cadre de l’opération Nanook 2013. (Photo: Cpl Dan Strohan/Section d’imagerie de la 8e Escadre Trenton)
Les communications semblent être rompues… (Archives/Cpl Dan Strohan/Section d’imagerie de la 8e Escadre Trenton)

La plus grande des opérations canadiennes dans le Grand Nord, Opération NANOOK est de retour, mais il ne faut pas le crier trop fort.

Cette année, l’Opération NANOOK a lieu du 16 au 30 août à partir d’Inuvik, avec des activités à Tuktoyaktuk, Ulukhaktok, l’île Banks, le golfe d’Amundsen, et Fort Smith, toutes dans les Territoires du Nord-Ouest. 650 personnes dont 550 militaires et 100 civils d’autres ministères prennent part à l’opération.

Les objectifs annoncés sont de démontrer la souveraineté canadienne grâce à une présence sur notre territoire; aiguisez la capacité du Canada à opérer dans le Nord; et développer des relations de travail avec d’autres ministères gouvernementaux, les organisations dans le Nord et les partenaires internationaux.

Trois scénarios sont prévus cette année: un premier de déversement de pétrole dans le golfe d’Amundsen, un deuxième d’alerte OTAN et un troisième de feu de forêt.

Toujours dans le cadre de l’Opération NANOOK 15, les Rangers canadiens auront l’occasion de mettre à l’essai et évaluer 125 nouveaux fusils, qui doivent remplacer à terme leur vieux Lee Enfield.

Opération SILENCE

Avec le déclenchement des élections fédérales, le Bureau du Conseil privé a émis des «lignes directrices» à destination des ministères afin que les moyens du gouvernement ne servent pas à des fins partisanes.

Interprétant, visiblement au pied de la lettre et allant plus loin, les directives supérieures, le chef d’état-major de la Défense a émis à son tour une série d’ordres interdisant à tout le personnel des Forces armées canadiennes de s’adresser aux médias et fermant la porte de nombreuses activités aux médias. Habituellement bien couverte, l’Opération NANOOK de 2015 subit de plein fouet cet état de fait.

45eNord.ca et d’autres médias étaient supposés envoyer des journalistes pour être intégrés durant plusieurs jours, avec un plan clairement établi et précis, afin d’avoir une excellente opportunité de voir l’opération de l’intérieur. Or, NANOOK a été jugée comme étant potentiellement source «d’influences» sur la campagne électorale, et les médias se sont tous vus annuler leur intégration, sans aucune possibilité même d’aller sur place par leurs propres moyens et d’interviewer des militaires pour parler de l’opération.

Le «verrouillage» des communications est tel que, par défaut, toute activité est fermée aux médias, avec une analyse au cas par cas… à condition que le média soit au courant de l’existence de la dite activité puisqu’il n’y a plus, ni avis aux médias, ni communiqué et que les Affaires publiques ne peuvent pas, officiellement, «prendre les devants».

Pour les Forces armées canadiennes, la raison d’être de ce verrouillage est donc de limiter l’influence potentielle des militaires sur la campagne, or, beaucoup s’accordent pour dire que cela fait justement le jeu du parti au pouvoir!

On se souvient que le gouvernement conservateur a mis les bouchées doubles au cours des derniers mois précédant la campagne, en annonçant pas moins de 66 investissements dans des infrastructures. De plus, le Parti conservateur fait maintenant de nombreuses promesses électorales, en mettant bien en avant qu’il s’agit de promesses venant du «gouvernement du Premier ministre Stephen Harper», mêlant donc les liens entre gouvernement et parti politique. En requérant un silence radio de ses employés, le gouvernement impose donc au public une absence d’information durant les trois longs mois de la campagne, ce qui, au final, revient à ne pas donner toutes les cartes en main aux électeurs pour voter en toute connaissance de cause.

Comme c’est pratique…

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.