Stephen Harper lance officiellement sa campagne à Montréal (PHOTOS/VIDÉO)

0

C’est au cœur de Montréal, dans la circonscription fédérale de Mont-Royal, que le Premier ministre Stephen Harper a officiellement lancé la campagne électorale de son parti, après avoir obtenu la dissolution du Parlement le matin même.

Le choix de M. Harper de tenir le premier événement de sa campagne, au Québec, dans la circonscription de Mont-Royal, n’est pas anodin, puisqu’il s’agit d’un château fort libéral depuis 1940.

Devant une salle comble pouvant contenir jusqu’à 800 personnes, le chef du Parti conservateur a invité les Canadiens à maintenir le cap le 19 octobre lorsqu’ils iront aux urnes en lui confiant un quatrième mandat de suite afin d’assurer la sécurité et la stabilité économique du pays.

Près de 75 manifestants ont accueilli le Premier ministre, mais ceux-ci ont été «invités» à se pousser un peu plus loin, tout comme une activiste femen qui avait réussi à entrer à l’intérieur du bâtiment où avait lieu le rassemblement.

Faisant fi de cet accueil, ils étaient près d’une quarantaine de candidats conservateurs à soutenir leur chef, et c’est justement le candidat dans Mont-Royal Robert Libman qui a chauffé la salle pendant 5 minutes, avant de céder la parole au ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités et ministre des Affaires intergouvernementales, Denis Lebel.

Vantant les mérites de son chef, Denis Lebel l’a accueilli sous les nombreux applaudissements du public, forcément acquis à sa cause.

Pendant plusieurs minutes, Stephen Harper s’est concentré à parler de l’économie qui est LA préoccupation première des Canadiens selon lui et a encensé le bilan de son gouvernement… même s’il semble oublier que le Canada pourrait être le seul pays du G7 à être en récession.

Pour conclure son discours, c’est sur un autre thème, auquel tient particulièrement M. Harper, que le chef du Parti conservateur a insisté: la sécurité.

«Nous avons un rappel en octobre dernier que le Canada n’est pas à l’abri de la menace terroriste djihadiste», a indiqué Stephen Harper. «C’est pour quoi nous avons donné aux agences de sécurité les moyens et les outils dont elles ont besoin pour contrer cette menace tous les jours».

«Grâce à Dieu, nous avons de jeunes hommes et femmes en uniforme qui combattent l’EI en Syrie et en Irak pour que nous soyons en sécurité, ici, au Canada».

Mettant sa casquette de chef du Parti conservateur, Stephen Harper a alors affirmé que ni Justin Trudeau, ni Thomas Mulcair, ne serait pas en mesure de prendre une telle décision de devoir envoyer des gens se déployer à l’étranger. «On ne va pas reculer, on ne vas pas affaiblir nos services de sécurité, et on ne va pas retirer nos troupes», a-t-il martelé.

Citant un rapport du directeur du Service canadien de renseignement et de sécurité (SCRS), M. Harper a averti que «des gens et des groupes violents veulent tuer des Canadiens», et a rappelé que plusieurs Montréalais ont cédé à la tentation du djihadisme.

«Faire face aux menaces, reconnaître qui sont nos ennemis, soutenir nos amis et alliés, protéger notre pays et avoir des positions fermes, voilà ce qu’est notre politique en matière d’affaires étrangères», a conclu Stephen Harper.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.