Stephen Harper veut des zones de déplacements interdites afin de combattre le terrorisme

0
Le Premier ministre Stephen Harper a annoncé le 4 juin 2015 à Toronto nombre de mesures importantes destinées à protéger davantage la sûreté et la sécurité des Canadiens. (PMO)
Le Premier ministre Stephen Harper a annoncé dimanche 9 août vouloir créer des zones interdites aux Canadiens pour lutter contre le terrorisme. (Archives/PMO)

En pleine campagne électorale, le Premier ministre Stephen Harper a annoncé aujourd’hui qu’un gouvernement conservateur réélu prendra des mesures additionnelles pour stopper les combattants étrangers qui veulent entrer au Canada ou en sortir. 

Si le Parti conservateur venait à être réélu le 19 octobre prochain, le gouvernement conservateur s’engagerait à créer une nouvelle catégorie de zones de déplacements étrangers interdites appelées «zones désignées».  Ces zones désignées seront des régions dans des pays étrangers où des entités terroristes reconnues comme le groupe armé État islamique réalisent des activités hostiles et recrutent et forment des partisans.  Selon cette nouvelle mesure législative, ce sera une infraction criminelle pour les Canadiens de voyager à ces endroits.

«Les combattants étrangers posent une menace directe pour le Canada, par leurs actes terroristes à l’étranger et plus particulièrement s’ils cherchent à venir au Canada pour perpétrer leurs attaques ici, a dit M. Harper.  La création d’une catégorie de zones de déplacements étrangers interdites donnera aux forces de l’ordre des outils additionnels afin de mieux protéger les Canadiens contre ceux qui se rendent dans ces zones dangereuses avec l’intention de revenir au Canada pour commettre des actes terroristes.»

Cette mesure ferait suite à d’autres initiatives du gouvernement conservateur, comme criminaliser le fait de quitter le Canada pour participer à des activités terroristes ; retirer la citoyenneté canadienne aux citoyens ayant la double nationalité reconnus coupables de terrorisme et la refuser aux résidents permanents reconnus coupables de terrorisme ; rendre illégale la promotion du terrorisme ; et donner aux autorités des pouvoirs additionnels pour contrer les attaques prévues en sol canadien.

Le Premier ministre Harper a précisé qu’il pourra y avoir des «raisons légitimes limitées» justifiant qu’un Canadien doive se rendre dans une zone désignée pour offrir de l’aide humanitaire ou faire un reportage journalistique «professionnel». Les Canadiens pouvant démontrer qu’ils se sont rendus dans des zones désignées à des fins légitimes ne seront pas poursuivis en vertu de cette nouvelle mesure législative.

Les conservateurs n’ont pas nommé d’endroits spécifiques, mais soulignent que l’Australie a adopté une mesure législative similaire en interdisant les déplacements dans la province de Raqqa en Syrie et dans le district de Mossoul, en Irak.

Comme à son habitude, Stephen Harper a souligné que, tant Justin Trudeau que Thomas Mulcair «veulent ignorer la menace posée par l’État islamique en mettant immédiatement un terme à la mission militaire du Canada contre cette organisation terroriste».

Le Premier ministre Harper a ajouté que la diplomatie et la recherche des causes profondes ne stopperaient pas l’État islamique.  «Je ne vais pas faire passer les intérêts de terroristes qui ont promis de venir au Canada pour tuer des Canadiens avant les droits des citoyens respectueux des lois, a dit le Premier ministre Harper.  Les Canadiens n’ont pas inventé la menace du terrorisme djihadiste, mais les Canadiens savent aussi que nous ne pouvons pas faire disparaître les dangers du monde simplement en niant leur existence.»

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT

Les commentaires sont fermés.