Tirs de roquettes sur Lattaquié, un fief du régime Assad, deux morts et 13 blessés

0
Des tirs de roquettes sur la ville côtière de Lattaquié, en Syrie, ont fait tué jeudi 13 août 2015 deux civils et fait une douzaine de blessés, annonce l'agence officielle syrienne SANA. (SANA)
Des tirs de roquettes sur la ville côtière de Lattaquié, en Syrie, ont tué jeudi 13 août 2015 deux civils et fait une douzaine de blessés, annonce l’agence officielle syrienne SANA. (SANA)

Plusieurs roquettes ont été tirées jeudi matin sur la ville balnéaire de Lattaquié, fief du régime de Bachar al-Assad dans l’ouest de la Syrie, tuant deux civils tués et faisant 13 blessés, rapporte l’agence officielle syrienne Sana.

L’attaque ‘terroriste’ a causé d’énormes dégâts matériels à des maisons et à l’infrastructure dans les zones où les obus ont frappé, en plus de brûler des voitures garées dans ces zones, affirme l,agence officielle syrienne..

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) a indiqué pour sa part que plusieurs obus étaient tombés sur le centre-ville et sur la corniche du bord de mer.

Au cœur du « pays alaouite », religion à laquelle appartient le chef de l’État Bachar al-Assad, la ville portuaire de Lattaquié a été jusqu’à présent relativement épargnée par les combats et de nombreux déplacés y ont trouvé refuge.

Des groupes rebelles alliés à des combattants d’Al-Qaïda se sont rapprochés début août de cette ville. Ils sont actuellement à 2 km d’un centre d’opérations militaires vital à Jourine, un village perché sur une hauteur. Si ce poste tombait, cela mettrait Lattaquié à la portée des insurgés.

Le conflit en Syrie a fait en quatre ans plus de 240.000 morts, selon l’OSDH, et poussé la moitié de la population à fuir.

Il a été déclenché en mars 2011 par la répression sanglante de manifestations antigouvernementales pacifiques qui ont dégénéré en révolte armée puis en guerre civile. Les combats opposent désormais régime, rebelles, Kurdes et jihadistes qui s’affrontent sur un territoire de plus en plus morcelé.

*Avec AFP

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.