Jade Helm 15: trois «complotistes» américains qui s’apprêtaient à tuer des soldats arrêtés

0
Ils sont fous ces Américains: trois "complotistes" voulaient tuer des soldats lors de l'exercice Jade Helm 15 ont été arrêtés, révèle le ministère fédéral américain de la Justice le août 2015.(Compte Twitter/‏@rjoseph7777)
Ils sont fous ces Américains: trois « complotistes » voulaient tuer des soldats lors de l’exercice Jade Helm 15 ont été arrêtés, révèle le ministère fédéral américain de la Justice le août 2015.(Compte Twitter/‏@rjoseph7777)

Aux États-Unis, qui ont vu naître la série X-files et plusieurs autres qui tournent autour d’une des nombreuses théories du complot qui fleurissent au pays de Mulder et Scully, ont été arrêtés trois «complotistes» qui se préparaient à repousser par les armes l’invasion des fédéraux sur le point, selon eux, d’envahir leur État sous prétexte d’exercice militaire.

Un conspirationniste irrationnel, militant et bavard, ça peut vous gâcher une soirée, mais un conspirationniste armé, ça peut vous faucher une vie.

Les trois hommes arrêtés en Caroline du Nord étaient sérieux, mortellement sérieux, et stockaient des armes pour un complot meurtrier contre les soldats américains de l’exercice JADE HELM 15. Selon le FBI, le trio, adepte des théories du complot, croyait que l’exercice des forces spéciales Jade Helm 15 était un prétexte pour envahir le Sud des États-Unis et y imposer la loi martiale.

Un communiqué du bureau du procureur fédéral du district Ouest de la Caroline du Nord, rendu publique lundi 3 août et repris par le site du FBI, révèlent que les trois résidents du comté de Gaston, une petit compté du sud-ouest de l’État, ont acheté des fusils et des munitions et ont tenté de construire des engins explosifs, le tout avec l’intention de tuer des soldats américains qu’ils croyaient investis de la mission d’établir la loi martiale.

Les trois adeptes de la théorie du complot qui se préparaient à se muer en défenseurs de la liberté sont, dit le document du bureau du procureur, Walter Litteral, 50, Christopher Barker, 41 ans, et Christopher Campbell, 30. Trois américains blancs de l’Amérique profonde.

150806 Department of Justice US Atorney Office 3 Aout Affaire Litteral Barker Campbell

Le plan des trois complotistes

Le « complotiste » Walter Eugene Litteral. (/TPM/Facebook)

Le FBI, qui a mené l’enquête jusqu’ici, affirme que Litteral avait prévu fabriquer des dispositifs explosifs faits de balles de tennis hérissées de clous et et les boîtes de café remplis de roulements à billes. Il a également acheté des munitions pour un fusil de calibre 338, des radios portatives, des casques en kevlar, des gilets pare-balles et des masques, que le groupe avait l’intention d’utiliser, selon les autorités, dans leur « résistance armée à l’occupation militaire redoutée ».

La plupart des informations contenues dans l’acte d’accusation proviennent d’un informateur du FBI, qui a ouvert en janvier un magasin de surplus militaire à Belmont, non loin du salon de tatouage de l’un des suspect, Chritopher Campbell, en janvier. L’informateur de la police fédérale américaine a déclaré que Campbell l’a approché, lui a servi son baratin « anti-gouvernemental » et l’a présenté à Litteral.

Les deux hommes ont alors dit à l’informateur qu’ils croyaient «que le gouvernement fédéral avait l’intention d’utiliser les forces armées pour imposer la loi martiale aux Etats-Unis, et qu’eux et d’autres avaient bien l’intention de résister et d’user de la force.

Litteral et Campbell auraient ensuite commencé à acheter du matériel militaire en avril, en prévision de Jade Helm 15, une série d’exercices militaires controversées dans le Sud-Ouest américain que beaucoup croient être une répétition générale pour imposer la loi martiale.

L’enquête du FBI sur Barker, Campbell et Litteral a finalement commencé à la mi-juin, lorsque l’informateur de la police fédérale a appris à ses supérieurs que les trois les hommes tentaient de rassembler des explosifs artisanaux et de construire des grenades.

Vous pouvez examiner ici en détails les accusations contre Barker, Campbell et Litteral.

Selon les documents de l’agence fédérale américaine, Litteral tentait aussi d’obtenir un fusil et des munitions pour Barker, à qui il était interdit de posséder des armes à feu en raison de condamnations antérieures pour possession de biens volés et de cocaïne.

Les trois hommes font maintenant face à des accusations fédérales de complot fédéral. Ils sont passible d’une peine maximale de cinq ans de prison et une amende 250.000 $ US. Campbell, pour sa part, fait aussi fait face à une autre accusation de fabrication de bombes, punissable, elle, de 10 ans de prison et d’une amende de 10.000 $.

JADE HELM 15

Aux États-Unis, l’exercice Jade Helm 15 a déclenché la paranoïa des conspirationnistes et autres amateurs de complots (You Tube)

Au début du mois de mars, l’armée américaine a fait part de son projet d’effectuer une série de manœuvres baptisées JADE HELM 15 impliquant notamment les forces spéciales, dont les bérets verts et les Navy SEALS.

Sur le document du US Army Special Forces Command décrivant l’exercice (qui n’a d’ailleurs rien de secret), les États où il se déroulera apparaissent sur une carte.

Sur le document en question, le Texas, l’Utah ainsi que le sud de la Californie sont catalogués comme zones «hostiles», ce qui ne pouvait que titiller les amateurs de théories du complot.

En outre, selon les documents de l’armée américaine, les exercices doivent pourtant tout simplement simplement permettre aux soldats de s’entraîner en dehors des terrains habituels et les forcer à s' »adapter à un terrain inconnu » et à « travailler avec des civils pour gagner leur confiance ».

Il n’en fallait pas plus pour les esprits échauffés des conspirationnistes agitent le fantasme de l’invasion des troupes fédérales et l’imposition de la loi martiale.

Jade Helm, a malgré tout débuté comme prévu le 15 Juillet et devrait se terminer le 15 septembre. Jusqu’à présent, le seul incident qui a troublé le déroulement de l’exercice a été une fusillade mardi, lorsque qu’on a cru que deux hommes dans un camion pick-up rouge avaient ouvert le feu sur un groupe de soldats de l’armée américaine au camp Shelby, au Mississippi, l’un des sites de formation pour l’exercice. Fausse alerte, personne n’a été blessé et aucune arrestation n’a été faite.

Décidément, on ne s’ennuie pas au pays de Mulder et Scully (X File).

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.