Ukraine: 4 voitures de l’OSCE détruites dans un incendie criminel à Donetsk

0
Des observateurs de l'OSCE près de Artemivsk, dans la région de Donetsk (est de l'Ukraine), le 22 février 2015 (Anatolii Stepanov/AFP)
Des observateurs de l’OSCE près de Artemivsk, dans la région de Donetsk (est de l’Ukraine), le 22 février 2015 (Anatolii Stepanov/AFP)

Quatre voitures blindées de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe ont été détruites à Donetsk, fief des séparatistes prorusses dans l’est de l’Ukraine, a annoncé dimanche l’OSCE en dénonçant un incendie criminel.

Un photographe de l’AFP a vu ces 4×4 avec des pneus brûlés et vitres fissurés sous l’effet du feu au parking de l’hôtel Park Inn dans le centre de Donetsk où sont basés les observateurs qui surveillent le conflit dans l’Est séparatiste prorusse.

Quatre véhicules blindés de l’OSCE détruits pendant la nuit dans un incendie criminel apparent visant la résidence de la mission de surveillance de l’OSCE à Donetsk, indique l’organisation dans un tweet sans plus de précisions dans l’immédiat.

La mission de l’OSCE déplore de telles actions, selon la même source.

Kiev et les rebelles se sont accusés mutuellement d’être derrière cette attaque.

Les représentants de l’OSCE publient beaucoup d’informations pas favorables envers les rebelles. Il est évident que c’est l’oeuvre de leurs compagnons d’arme, a commenté un porte-parole militaire ukrainien Olexandre Motouzianyk.

Les rebelles ont pour leur part rejeté la responsabilité sur des saboteurs ukrainiens, selon un site officiel des séparatistes.

Les habitants de la République populaire de Donetsk sont mécontents de la mission de l’OSCE dont les rapports ne sont pas objectifs mais l’incident est une pure provocation, selon le site qui cite les forces de l’ordre de la république séparatiste autoproclamée.

Un haut responsable séparatiste, Denis Pouchiline, a promis de renforcer les mesures de sécurité afin d’empêcher de tels incidents de se reproduire.

Les attaques contre les observateurs de l’OSCE se sont multipliées ces derniers temps dans la zone du conflit où les violences meurtrières ne connaissent pas de répit malgré la trêve instaurée à la mi-février dans le cadre des accords de Minsk 2 signés grâce à la médiation franco-allemande.

L’armée ukrainienne a ainsi déploré dimanche un soldat tué et dix blessés au cours des dernières 24 heures en soulignant que les hostilités se poursuivaient sur toute la ligne du front.

Fin juillet, un observateur de l’OSCE a été légèrement blessé lors de tirs visant la mission de l’organisation à Chirokiné, village à une dizaine de kilomètres du port stratégique de Marioupol, dernière grande ville dans la zone du conflit sous contrôle de Kiev.

L’OSCE avait annoncé par la suite une révision de ses activités dans la zone de conflit en raison de la multiplication de ce genre d’incidents.

Cette organisation a déployé plusieurs centaines d’observateurs notamment dans l’est de l’Ukraine où un conflit entre les rebelles prorusses et l’armée ukrainienne a fait plus de 6.800 morts en 15 mois.

Les commentaires sont fermés.