Yémen: le CICR suspend temporairement ses opérations à Aden après une attaque

0
Le personnel du Croissant-Rouge du Yémen décharge un corps d'une ambulance à l'hôpital de Amran. Le CICR fournit au Croissant-Rouge du Yémem des sacs mortuaires et des trousses de premiers secours pour les aider à répondre à la situation. (Archives/CICR/M.-C. Feghali)
Le personnel du Croissant-Rouge du Yémen décharge un corps d’une ambulance à l’hôpital de Amran. Le CICR fournit au Croissant-Rouge du Yémem des sacs mortuaires et des trousses de premiers secours pour les aider à répondre à la situation. (Archives/CICR/M.-C. Feghali)

Le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) a annoncé mardi la suspension temporaire de ses opérations humanitaires à Aden, deuxième ville du Yémen, après une attaque contre son personnel perpétrée par des assaillants armés qui ont emporté des équipements et de l’argent.

« Des hommes armés ont fait irruption hier (lundi) dans notre bureau local à Aden et ont menacé notre personnel avec des armes », a déclaré à l’AFP Rima Kamal, porte-parole du CICR au Yémen.

« Par conséquent, nous avons suspendu temporairement nos opérations à Aden », la grande cité portuaire du sud, a-t-elle ajouté.

Elle a précisé que 14 membres du personnel international du CICR avaient été évacués d’Aden par mesure de précaution, mais n’a pas précisé vers quelles destinations.

Un autre porte-parole du CICR, Adnane Hizam, basé à Sanaa, a précisé à l’AFP que les assaillants, « des hommes armés non identifiés », avaient « pillé des équipements du bureau et saisi des sommes d’argent », ainsi que des véhicules.

« Notre personnel est sain et sauf », a-t-il ajouté, rappelant qu’il ne s’agissait pas de la première « agression » contre le personnel du CICR à Aden.

Mme Kamal a fait état d’au moins dix incidents de ce type ces deux dernières semaines.

« Le CICR appelle toutes les parties sur le terrain à respecter son travail strictement neutre et impartial et à ne pas y faire obstruction ou à l’empêcher d’aider les gens dans le besoin », a dit la porte-parole.


En réponse à une question, elle a refusé de spéculer sur l’identité des assaillants: « naturellement, nous enquêtons et essayons de rassembler des informations ».

À Genève, une porte-parole de l’organisation, Dibeh Fakhr, a souligné que le CICR était « encore présent au Yémen » et qu’il « opérait encore à travers le pays ».

Le CICR a été particulièrement actif dans les opérations d’aide humanitaire à la population civile d’Aden qui a été lourdement éprouvée par des mois de combats entre rebelles chiites Houthis et forces pro-gouvernementales, alliées à des combattants de divers groupes.

La ville jusqu’alors aux mains des rebelles a été reprise mi-juillet par les forces pro-gouvernementales, mais l’insécurité règne.

Des combattants d’Al-Qaïda ont détruit samedi un QG de la police politique et pris possession de plusieurs bâtiments dans le quartier de Tawahi, situé dans l’ouest de la ville.

Les commentaires sont fermés.