Yémen: le CICR suspend temporairement ses opérations à Aden après une attaque

25
Le personnel du Croissant-Rouge du Yémen décharge un corps d'une ambulance à l'hôpital de Amran. Le CICR fournit au Croissant-Rouge du Yémem des sacs mortuaires et des trousses de premiers secours pour les aider à répondre à la situation. (Archives/CICR/M.-C. Feghali)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le personnel du Croissant-Rouge du Yémen décharge un corps d'une ambulance à l'hôpital de Amran. Le CICR fournit au Croissant-Rouge du Yémem des sacs mortuaires et des trousses de premiers secours pour les aider à répondre à la situation. (Archives/CICR/M.-C. Feghali)
Le personnel du Croissant-Rouge du Yémen décharge un corps d’une ambulance à l’hôpital de Amran. Le CICR fournit au Croissant-Rouge du Yémem des sacs mortuaires et des trousses de premiers secours pour les aider à répondre à la situation. (Archives/CICR/M.-C. Feghali)

Le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) a annoncé mardi la suspension temporaire de ses opérations humanitaires à Aden, deuxième ville du Yémen, après une attaque contre son personnel perpétrée par des assaillants armés qui ont emporté des équipements et de l’argent.

« Des hommes armés ont fait irruption hier (lundi) dans notre bureau local à Aden et ont menacé notre personnel avec des armes », a déclaré à l’AFP Rima Kamal, porte-parole du CICR au Yémen.

« Par conséquent, nous avons suspendu temporairement nos opérations à Aden », la grande cité portuaire du sud, a-t-elle ajouté.

Elle a précisé que 14 membres du personnel international du CICR avaient été évacués d’Aden par mesure de précaution, mais n’a pas précisé vers quelles destinations.

Un autre porte-parole du CICR, Adnane Hizam, basé à Sanaa, a précisé à l’AFP que les assaillants, « des hommes armés non identifiés », avaient « pillé des équipements du bureau et saisi des sommes d’argent », ainsi que des véhicules.

« Notre personnel est sain et sauf », a-t-il ajouté, rappelant qu’il ne s’agissait pas de la première « agression » contre le personnel du CICR à Aden.

Mme Kamal a fait état d’au moins dix incidents de ce type ces deux dernières semaines.

« Le CICR appelle toutes les parties sur le terrain à respecter son travail strictement neutre et impartial et à ne pas y faire obstruction ou à l’empêcher d’aider les gens dans le besoin », a dit la porte-parole.


En réponse à une question, elle a refusé de spéculer sur l’identité des assaillants: « naturellement, nous enquêtons et essayons de rassembler des informations ».

À Genève, une porte-parole de l’organisation, Dibeh Fakhr, a souligné que le CICR était « encore présent au Yémen » et qu’il « opérait encore à travers le pays ».

Le CICR a été particulièrement actif dans les opérations d’aide humanitaire à la population civile d’Aden qui a été lourdement éprouvée par des mois de combats entre rebelles chiites Houthis et forces pro-gouvernementales, alliées à des combattants de divers groupes.

La ville jusqu’alors aux mains des rebelles a été reprise mi-juillet par les forces pro-gouvernementales, mais l’insécurité règne.

Des combattants d’Al-Qaïda ont détruit samedi un QG de la police politique et pris possession de plusieurs bâtiments dans le quartier de Tawahi, situé dans l’ouest de la ville.