Cellule « liée à l’Iran »: Téhéran « profondément mécontent » des accusations du Koweït

0
Le matériel saisi par la police lors du démantèlement d'une cellule «terroriste» au Koweït l;e 13 août 2015. (AFP)
Le matériel saisi par la police lors du démantèlement d’une cellule «terroriste» au Koweït. (AFP)

L’ambassade d’Iran à Koweït a dit jeudi son « profond mécontentement » à propos d’accusations de la justice koweïtienne liant Téhéran à une cellule récemment démantelée et accusée de préparer des attaques dans cet Etat arabe du Golfe.

L’ambassade exprime « son profond mécontentement après l’évocation du nom de l’Iran dans une affaire interne au Koweït concernant la découverte et la saisie d’armes et de munitions », selon un communiqué.

Mardi, le parquet de Koweït avait inculpé 24 personnes pour « intelligence avec la République islamique d’Iran et le Hezbollah libanais en vue de mener des actes d’agression contre le Koweït, en se livrant à un trafic d’armes, d’explosifs et de munitions ».

Le procès des prévenus doit s’ouvrir le 15 septembre.

Dans un communiqué publié par l’agence officielle iranienne Irna, l’ambassade exprime en outre « sa profonde tristesse » face à ce qu’elle considère comme une campagne systématique menée dans les médias koweïtiens contre les relations entre les deux pays.

Des parlementaires koweïtiens ont cependant exhorté leur gouvernement à prendre des mesures de rétorsion contre l’Iran.

Le député islamiste Homoud al-Hamdan a appelé à « rompre les relations diplomatiques avec l’Iran » et à réduire le nombre des quelque 50.000 Iraniens vivant dans l’émirat.

Le chef de la commission juridique du Parlement, Moubarak al-Haris, a proposé au gouvernement de classer le Hezbollah « organisation terroriste ».

Ces initiatives bénéficient du soutien d’autres élus.

Le Koweït entretenait traditionnellement avec l’Iran de meilleures relations que les autres monarchies du Golfe mais ces liens se sont tendus récemment.

Dimanche, le chef de la commission des Affaires étrangères du Parlement koweïtien, Hamad al-Harashani, avait qualifié l’Iran chiite de « vrai ennemi » des Etats arabes sunnites du Golfe.

« Il est devenu évident pour tout le monde que l’Iran est un ennemi qui complote pour avaler nos Etats et ressources, et que c’est le vrai ennemi de la région », avait déclaré le parlementaire, lançant ainsi l’attaque la plus virulente contre l’Iran depuis des années.

Dans son communiqué, l’ambassade souligne que l’Iran a toujours été soucieux de la sécurité de ses voisins et joué un « rôle constructif » pour préserver la paix régionale.

Les commentaires sont fermés.