Chute sur le Golan de roquettes venant de Syrie, Israël riposte

Des soldats israéliens non loin de la ligne de séparation entre la partie syrienne du Golan et la partie occupée par Israël, le 18 janvier 2015 (Jalaa Marey/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Des soldats israéliens non loin de la ligne de séparation entre la partie syrienne du Golan et la partie occupée par Israël, le 18 janvier 2015 (Jalaa Marey/AFP)
Des soldats israéliens non loin de la ligne de séparation entre la partie syrienne du Golan et la partie occupée par Israël, le 18 janvier 2015 (Jalaa Marey/AFP)

Israël a tiré dimanche des obus sur des positions de l’armée syrienne sur le plateau du Golan après la chute de deux roquettes venues de Syrie sur la partie du plateau occupée par l’Etat hébreu, a indiqué l’armée israélienne.

Ces tirs d’artillerie ont visé deux positions de l’armée syrienne dans le centre du Golan et interviennent après la chute de deux roquettes venues de Syrie, samedi et dimanche, a précisé un porte-parole de l’armée Peter Lerner.

Israël ne tolérera aucune violation de sa souveraineté. L’armée syrienne est responsable et doit rendre des comptes de toute agression en provenance de son territoire, a-t-il souligné dans un communiqué.

Les roquettes venues de Syrie, pays voisin d’Israël, n’avaient fait ni victime, ni dégât. Celle tombée dimanche provenait d’un tir perdu, avait précisé l’armée.

De son côté l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), une ONG disposant d’un vaste réseau de sources en Syrie, a affirmé qu’au moins trois ou quatre roquettes israéliennes ont touché une position militaire du régime syrien à Saryeh, dans la province de Qouneïtra, sur le plateau du Golan.

Israël a répliqué à plusieurs reprises ces derniers mois en lançant des attaques contre l’armée syrienne à la suite de tirs de roquettes et d’obus de mortier.

Israël a annexé une partie du plateau du Golan (nord-est) en 1981, après l’avoir occupée depuis la guerre de juin 1967. Cette annexion n’est pas reconnue par la communauté internationale qui considère ce territoire comme syrien.

Israël et la Syrie restent officiellement en état de guerre.

La ligne de cessez-le-feu sur le Golan était considérée depuis 1974 comme relativement calme mais la situation s’est tendue depuis l’éclatement de la guerre en Syrie en 2011. Depuis, des projectiles tombent régulièrement du côté du Golan occupé par Israël.