Colombie: mandats d’arrêt contre 22 militaires pour exécutions sommaires

0
Colombie: mandats d'arrêt le 2 septembre 2015 contre 22 militaires pour exécutions sommaires. (Radio Santa Fe)
Colombie: mandats d’arrêt le 2 septembre 2015 contre 22 militaires pour exécutions sommaires. (Radio Santa Fe)

Le Procureur de Colombie a annoncé mercredi avoir ordonné l’arrestation de 22 officiers et sous-officiers de l’armée, en activité ou retraités, et de deux civils, pour leur implication présumée dans 18 exécutions extra-judiciaires en 2004 et 2007.

Un premier dossier concerne « 14 militaires, dont un colonel à la retraite, un lieutenant-colonel (…), cinq étant déjà détenus pour d’autres faits » pour les meurtres de 16 paysans en 2007 dans le département de César (nord-est), alors présentés comme des guérilleros tués au combat.

Un autre dossier concerne huit militaires, dont deux lieutenants-colonels, inculpés « comme auteurs présumés d’homicide et de disparition forcée », selon le communiqué des services du procureur.

Les faits remontent au 29 septembre 2004 et concernent les meurtres de deux paysans du département d’Antioquia (nord-ouest), également déclarés comme des guérilleros des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc).

Des centaines de militaires colombiens ont été condamnés et 22 généraux font l’objet d’enquêtes pour leur implication dans de telles exécutions extra-judiciaires déguisées afin de bénéficier de permissions et de promotions. Cette méthode est connue en Colombie sous le nom de « Falsos positivos ».

Plus de 4.000 civils ont ainsi été tués, selon l’organisation de défense des droits de l’Homme, Human Rights Watch (HRW), basée à Washington.

Le conflit armé, qui depuis plus d’un demi siècle a opposé divers mouvements de guérilla, milices d’extrême-droite et militaires, a fait officiellement au moins 220.000 morts et environ six millions de déplacés.

Les commentaires sont fermés.