Débat des chefs: Trudeau attaque Harper sur la perte d’influence du Canada dans le monde

Justin Trudeau, chef du Parti libéral du Canada (Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Justin Trudeau, chef du Parti libéral du Canada (Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Justin Trudeau, chef du Parti libéral du Canada (Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Au premier débat des chefs consacré à la politique étrangère canadienne, s’affrontent ce soir à compter de 19h le chef conservateur Stephen Harper, le chef du NPD Thomas Mulcair et le chef libéral Justin Trudeau.

C’est en effet la première fois ce soir qu’un débat des chefs en campagne électorale sera entièrement consacré à la politique étrangère dont, jusqu’ici, les canadiens se souciaient assez peu. Mais c’était avant que les problèmes mondiaux, à commencer par la crise des réfugiés fuyant les conflits, fasse irruption dans la campagne électorale canadienne.

En outre, fait remarquer le chercheur au CIRRICQ (le Centre interuniversitaire de recherche sur les relations internationales du Qubébec et du canada) et analyste politique Stéphane Roussel à 45eNord.ca, il y avait auparavant consensus sur le rôle du Canada dans le monde. « Ce consensus n’existe plus », dit-il. « La vision traditionnelle d’internationalisme est remplacée par une nouvelle vision d’un état plus classique défendant ses intérêts en se rangeant clairement d’un côté ou de l’autre ».

Son collègue Justin Massie, lui aussi chercheur au CIRRICQ, de souligner quant à lui la polarisation et la simplification du discours en politique étrangère sur fond de manque de « sophistication » de l,électorat sur ces questions.

Toujours est-il qu’avant le débat des chefs de ce soir sur la politique étrangère, les libéraux, héritiers de cet « internationalisme » canadien, et qui viennent dans les derniers sondages de passer en deuxième position, devant le NPD, et à trois points seulement des conservateurs, semblent miser beaucoup sur le débat des chefs de ce soir sur la politique étrangère.

Ils n’ont pas caché leur intention de rendre le gouvernement conservateur sortant responsable de qu’ils qualifient de chute importante de la réputation et lʼinfluence du Canada dans le monde.

Peu avant le débat, les troupes de Justin Trudeau ont aussi publié un communiqué où il cite une note dʼinformation interne produite par des fonctionnaires des Affaires étrangères, et ayant fait lʼobjet dʼune fuite dans la presse, sur le déclin de l’influence du canada. Cette note, qui se fait lʼécho des critiques à lʼégard du gouvernement sortant, parle, notamment, de « la perte de notre place traditionnelle à certaines tables multilatérales. »et suggère que Le Canada pourrait ne pas être un partenaire de premier choix pour les pays étrangers.

Mais, comme quoi les libéraux aussi peuvent jouer sur la peur, ils ont manifesté leur intention d’attaquer Stephen harper sur la protection des ambassades canadiennes à lʼétranger, alors que la télévision canadienne a révélé récemment que plusieurs missions diplomatiques du Canada au Moyen-Orient et en Afrique ne seraient pas sécuritaires, mettant la vie des diplomates et du personnel en danger.