Eurofighter vend 28 avions Typhoon au Koweit, camouflet pour Boeing

0
L'Eurofighter Typhoon du Consortium Eurofighter réunissant la Grande-Bretagne, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne (Eurofighter)
L’Eurofighter Typhoon du Consortium Eurofighter réunissant la Grande-Bretagne, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne (Eurofighter)

Le consortium européen Eurofighter Typhoon a annoncé vendredi la vente au Koweït de 28 avions Typhoon, un camouflet pour son concurrent américain, le F-18 « Super Hornet » de l’Américain Boeing avec lequel il était en concurrence sur ce contrat.

« Eurofighter salue l’accord entre l’Italie et le Koweït » portant « sur 28 Eurofighter Typhoon », indique dans un communiqué diffusé vendredi soir le consortium basé à Hallbergmoos, en Bavière (sud de l’Allemagne), sans fournir toutefois le montant de la commande.

Un peu plus tôt vendredi, plusieurs médias avait fait part de cette vente, Bloomberg évoquant une transaction menée par le constructeur italien Finmeccanica, membre du consortium avec BAE Systems et Airbus. Le site internet du quotidien italien Corriere della Sera parlait quant à lui d’une commande de sept à huit milliards d’euros.

Citant une source proche du dossier, Bloomberg avait également parlé d’un accord de gouvernement à gouvernement entre le Koweït et l’Italie. Le ministère italien de la Défense avait quant à lui confirmé la signature vendredi d’un « engagement » entre les deux gouvernements, se refusant à en révéler le contenu.

« Ce nouvel accord est la confirmation de la supériorité de l’Eurofighter sur ses concurrents et va fournir une grande opportunité pour d’autres commandes », s’est félicité Alberto Gutierrez, patron d’Eurofighter, cité dans le communiqué.

Sur ce contrat, le Typhoon était en concurrence avec le F-18 « Super Hornet » de l’avionneur américain Boeing qui semblait pourtant en passe de l’emporter. Vendredi, Boeing avait assuré que les discussions se poursuivaient « avec des acheteurs potentiels au Moyen-Orient ».

Mais le Koweït, qui cherche à moderniser ses forces aériennes, a donc préféré l’offre européenne, infligeant un échec commercial pour Boeing et un camouflet diplomatique pour les États-Unis, pourtant alliés de cet État du Golfe.

Avant l’officialisation de la vente, une source proche du dossier aux États-Unis avait indiqué que le Koweït discutait en parallèle pour les deux avions, indiquant notamment que la commande finale pouvait comprendre à la fois des Super Hornet et des Eurofighter.

« Nous saluons cet accord entre l’Italie et le Koweït pour la fourniture de 28 Eurofighter Typhoon », a réagi le Britannique BAE Systems. « L’État du Koweït sera le troisième pays au Moyen-Orient, et le huitième au total, à exploiter l’appareil. Cela confirme la place du Typhoon comme l’avion de combat le plus avancé aujourd’hui », a poursuivi BAE Systems.

Cette vente fait suite à la commande de 12 avions réalisée en décembre 2012 par le Sultanat d’Oman et représente « une nouvelle preuve du l’intérêt grandissant pour l’Eurofighter Typhoon à travers le monde, et en particulier dans la région du Golfe », où le consortium a déjà vendu des avions à l’Arabie saoudite, rappelle encore le communiqué d’Eurofighter.

L’Eurofighter Typhoon a été lancé en 2003. Avant le contrat avec le Koweït, il avait été livré à sept clients (Allemagne, Royaume-Uni, Italie, Espagne, Autriche, Arabie Saoudite et Sultanat d’Oman), rappelle le consortium.

Avec 559 avions vendus, Eurofighter Typhoon est le plus important programme d’équipement militaire en Europe. Il génère quelque 100.000 emplois, répartis dans 400 entreprises, selon le communiqué.

Mi-juillet, le gouvernement britannique avait estimé que cet avion de combat avait encore de bonnes chances à l’exportation, au moment ou son concurrent français Rafale venait de remporter une série de contrats à l’étranger.

« Je pense que cet appareil sera un concurrent pour des campagnes de vente pendant de nombreuses années à venir », avait déclaré Philip Dunne, secrétaire d’État à la Défense pour les acquisitions, alors que la production de l’appareil était menacée à l’horizon 2018, faute de nouvelle commande.

Vendredi après-midi, les fuites dans la presse ont fait bondir le titre de Finmeccanica à la Bourse de Milan, qui a terminé en hausse de 5,41% à 12,47 euros (18,74 $ CAD)


Eurofighter Typhoon/Vidéo promotionnelle(EurofighterGmbH)

Les commentaires sont fermés.