Harper veut le retour d’un statut universitaire au CMR Saint-Jean (VIDÉO)

La compétition de garde aux drapeaux: bat son plein. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Temps de lecture estimé : 3 minutes

Le ministre sortant de la Sécurité publique Steven Blaney, a annoncé mercredi qu’un gouvernement conservateur redonnerait un statut universitaire au Collège militaire royal de Saint-Jean.

Le rétablissement du CMR Saint-Jean à titre d’université pouvant décerner des diplômes coûterait environ 4 millions $ par année, selon les estimations du parti.

Le ministre sortant de la Sécurité publique Steven Blaney annonce que les Conservateurs veulent le retour d'un statut universitaire au CMR Saint-Jean. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Le ministre sortant de la Sécurité publique Steven Blaney annonce que les Conservateurs veulent le retour d’un statut universitaire au CMR Saint-Jean. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)

En réponse à une question de 45eNord.ca, M. Blaney a précisé que l’objectif était de rouvrir les années au fur et à mesure que la cohorte d’élofs avancera. Il a de plus affirmé que le but était aussi d’avoir «le plus de généraux francophones».

Il n’a cependant pas avancé le nombre d’années que le gouvernement souhaiterait réouvrir, indiquant cependant que ce sera «à l’institution et aux Forces armées canadiennes» de voir quels seront leurs besoins. Pas de détails non plus sur le nombre de Baccalauréats – ni lesquels- que les Conservateurs voudraient voir revenir à Saint-Jean.

Le candidat conservateur dans Saint-Jean, Stéphane Guinta, a lui, affirmé qu’il s’agit d’une annonce «historique qui vient réparer les erreurs passés des Libéraux», ajoutant du même souffle que c’est un «honneur pour la région, un honneur pour le Québec, et un honneur pour l’Histoire et la réalité historique du peuple fondateur francophone».

Le Collège militaire royal de Saint-Jean est né de la volonté du ministère de la Défense nationale de recruter un plus grand nombre d’officiers francophones. Il a ouvert officiellement ses portes le 13 novembre 1952, alors que les premiers élèves-officiers étaient arrivés depuis le 15 septembre et que les cours avaient débuté le 22 du même mois. En avril 1971, l’affiliation à l’Université de Sherbrooke a permis au collège d’offrir un cours universitaire complet.

C’est en août 1980 que le Collège a ouvert ses portes aux premiers élèves-officiers féminins – elles étaient 21 sur 252 élèves. En juin 1985, l’obtention d’une charte universitaire consacre alors le collège comme université à part entière et lui permet de décerner ses propres diplômes de premier cycle. Enfin, en juin 1988, l’Assemblée nationale du Québec a approuvé un projet de loi qui autorisait le collège à offrir un enseignement de deuxième et troisième cycle, ce qui en faisait une université complète.

Le gouvernement libéral de Jean Chrétien a cependant tout chamboulé en annonçant la fermeture définitive du Collège pour 1995. Bien des années plus tard, Stephen Harper réouvrait le Collège de Saint-Jean, mais à un niveau de cégep seulement. Depuis, tout le monde se demandait si un jour, il allait retrouver sa vocation universitaire.

En juin 2015, la commandante d’alors du Collège militaire royal de Saint-Jean, la colonel Jennie Carignan, confiait à 45eNord.ca qu’un plan d’affaires, pour ouvrir trois années universitaires, avait été établi. Depuis, il a donc fait son chemin jusqu’au plus haut niveau.

Le Premier ministre a ajouté par voie de communiqué que son gouvernement collaborerait avec le gouvernement du Québec dans le cadre du rétablissement de l’université. Précédemment, il a fallu que Québec instaure une loi pour autoriser le Collège à délivrer ses propres diplômes.

Actuellement, le Collège militaire royal du Canada, à Kingston, décerne neuf diplômes de premier cycle:

  • Baccalauréat ès arts
  • Baccalauréat ès arts (avec spécialisation)
  • Baccalauréat ès arts (général)
  • Baccalauréat ès sciences
  • Baccalauréat ès sciences (avec spécialisation)
  • Baccalauréat ès sciences (général)
  • Baccalauréat en génie
  • Baccalauréat ès arts et sciences militaires (avec spécialisation)
  • Baccalauréat ès arts et sciences militaires