Irak: la coalition a détruit un centre de commandement de l’EI

0
163
La coalition internationale dirigée par les États-Unis a bombardé et détruit un important centre de commandement et d’approvisionnement du groupe djihadiste État islamique en Irak. (AFP/Archives/Patrick Baz)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
La coalition internationale dirigée par les États-Unis a bombardé et détruit un important centre de commandement et d’approvisionnement du groupe djihadiste État islamique en Irak. (AFP/Archives/Patrick Baz)
La coalition internationale dirigée par les États-Unis a bombardé et détruit un important centre de commandement et d’approvisionnement du groupe djihadiste État islamique en Irak. (AFP/Archives/Patrick Baz)

La coalition internationale dirigée par les États-Unis a bombardé et détruit un important centre de commandement et d’approvisionnement du groupe djihadiste État islamique (EI) dans la région de Ramadi dans l’ouest de l’Irak, selon un communiqué de la force coalisée publié mercredi.

Une vidéo accompagnant le communiqué de la frappe aérienne sur un terrain de football montre une énorme explosion secondaire sur le site.

« Le stade servait de centre de commandement clé (pour l’EI) dans la région de Ramadi et était utilisé pour stocker de larges quantités d’explosifs de fabrication artisanale, d’armes et de munitions », affirme la coalition dans son communiqué.

« La destruction du site va perturber de manière significative la capacité (de l’EI) à conduire ses opérations et à assurer l’approvisionnement de ses combattants à Ramadi », selon le texte.

Ramadi, capitale de la province d’Al-Anbar, est tombée aux mains de l’EI en mai. Sa perte a été le plus important revers pour les forces irakiennes depuis la conquête par l’EI de pans entiers de l’Irak à la faveur de son offensive fulgurante lancée en juin 2014.

Depuis, appuyés par les frappes de la coalition internationale, les militaires ont réussi à reprendre du terrain. Mais la grande majorité de la très vaste province d’Al-Anbar, frontalière de la Syrie où l’EI est aussi présent, échappe au contrôle du gouvernement.